Abdoul Mbaye devant les deputes: Un style de … banquier

Lu par 15445 Boytown

Si les dernières prestations de Premiers ministres qui ont précédé Abdoul Mbaye ont montré plusieurs facettes de personnalités, celle de Abdoul Mbaye peut inaugurer un nouveau style de déclaration de politique générale. A la différence de la majorité de ses prédécesseurs, le tout nouveau Premier ministre de Macky Sall n’est pas un politique. Banquier de formation au style spartiate, Abdoul Mbaye est donc appelé à faire une déclaration de politique générale sans lyrisme ni grandes envolées.

En somme, un discours encadré de technocrate cloisonné dans des objectifs réalisables, à court, moyen et long terme, comme tout homme du sérail banquier. Le style faisant l’homme, il faut s’attendre dès lors à peu de bons mots de la part de l’actuel Premier ministre du Sénégal. Encore moins de la rhétorique politique. Ce qui détonerait, à coup sûr, avec les prestations de ces dix dernières années.

En 2000, Moustapha Niasse, nommé par Abdoulaye Wade chef de gouvernement à l’issue de la première alternance au sommet de l’Etat, avait fait, dans une Assemblée à majorité socialiste, le procès du régime de Diouf dont il avait largement contribué à la destitution en reportant au Pape du Sopi son pourcentage de voix, lors du second tour de la Présidentielle. Mame Madior Boye, encore seule femme Premier ministre qui lui succédera, ne fera pas mieux. Telle une comète, elle passera, en 2001, devant des députés dominés par la majorité libérale pour faire un réquisitoire sans merci du pouvoir socialiste, à la source de tous les maux du Sénégal.

Grand orateur, l’actuel maire de Thiès Idrissa Seck, en dépit d’une voix enrouée, avait charmé son auditoire par les symboles forts. L’Assemblée nationale résonne encore de sa fameuse formule : « Goorgorlu sera soutenu et Njuublang sera combattu ! ». Moins de quatre années plus tard, Me Wade le fera emprisonner pour… « Njuublang » sur les chantiers de Thiès.

Surfant en 2004 sur la vague du Sopi, l’actuel Président Macky Sall avait tressé, pour sa part, des lauriers à Me Wade. « L’ambition du chef de l’Etat pourrait…se retrouver dans cette pensée de Georges Bernard Shaw, je cite : « Certaines personnes voient les choses comme elles sont et disent pourquoi. D’autres rêvent de choses qui n’ont jamais été et disent pourquoi pas », avait déclaré le titulaire de la Primature d’alors qui divorcera, en 2008, avec le Pape du Sopi pour créer son propre parti (l’Apr) et destituer son ancien mentor, le 25 mars dernier.

L’inspecteur du Trésor Haguibou Soumaré, sorti des manches de magicien du Président Wade et « intronisé » Premier ministre, avait été, lui, transparent dans sa déclaration de politique générale. Les chiffres s’étaient succédé aux chiffres pour « saouler » la majorité des membres de la représentation parlementaire. Quant au dernier chef de gouvernement de Wade, en l’occurrence Me Souleymane Ndéné Ndiaye, il s’était appesanti sur les grands projets et les promesses mirobolantes de son employeur, de surcroît secrétaire général national de parti.

Ne militant dans aucun parti politique voire même apolitique, le banquier Abdoul Mbaye est attendu pour tracer un nouveau sillon dans les déclarations de politique générale par une assemblée nationale. Une chambre basse qui ne lui offrira pas sa caution sur un plateau d’argent…. si bien sûr la logique de rupture prônée dans la représentation parlementaire reste toujours au centre des préoccupations des tenants du nouveau pouvoir.

 sudonline

Lu par 15445 Boytown

Partagez cet Article

Internet au Sénégal: Prostitution, drague et mensonge

Suivant »

Equipe nationale: Que mangent les «Lions»?

Laissez un commentaire

LU AILLEURS

  • Senegal Election Rules

    BRUTALITE POLICIERE, TORTURE, IMPUNITE…ENCORE DES EFFORTS A FAIRE SELON AMNESTY

    Lu par 19108 Boytown Le rapport annuel de l’ONG Amnesty international présenté hier révèle plusieurs manquements dans le respect des libertés individuelles au Sénégal. La situation des ...

    Lire
  • 7241395-11120294

    ”Chaque jour vers l’enfer nous descendons d’un pas.”

    Lu par 19029 Boytown Charles Baudelaire ; Les fleurs du mal (1857) Ce n’est point un conte de fée pour adulte, mais la réalité crue. Ces mots ...

    Lire
  • image44

    Le pouvoir des sorciers blancs

    Lu par 93301 Boytown L’émission Enquêtes de foot sur Canal+ a consacré un reportage sur la place occupée par les entraîneurs européens, notamment français, sur le continent ...

    Lire
  • emploi-au-senegal-chomage-642x418

    Sénégal: L’insoluble problématique de l’emploi des jeunes

    Lu par 104224 Boytown « Un travailleur qui ne peut pas trouver d’emploi est un personnage infiniment plus tragique que n’importe quel Hamlet ou Œdipe. » John Morley La ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    11-160-x-600

    OPINION

  • SENEGAL-VOTE-OPPOSITION-SALL

    Pourquoi l’annonce du référendum comme ci-après et en 2016, par le président de la République?

    Lu par 136219 Boytown « Les sénégalais seront appelés aux urnes en 2016 pour se prononcer sur la réduction ou non du mandat du président Macky Sall de ...

    Lire
  • kolda-2

    Décentralisation rationnelle et viable Oui, mais non à la prolifération des collectivités locales  sur des bases politiciennes.

    Lu par 313728 Boytown Il est indéniable et absolument vrai, que l’objectif principal et le but essentiel visé par la décentralisation, c’est parfaitement, de rapprocher l’administration le ...

    Lire
  • Greece Election

    La Gauche renait en terre Grèce !

    Lu par 317450 Boytown La belle victoire du Parti radicale de Gauche fait renaitre la Gauche en terre Grèce. La Gauche sénégalaise, africaine et de tous les ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus