MARKETPLACE

  • StartupBRICS-Startup-Africa-Paris

    Ces Africains qui rentrent au pays pour mieux vivre

    Lu par 223065 Boytown2000Après une longue tradition d’émigration vers les anciens pays colonisateurs, l’heure est au retour dans de nombreux pays d’Afrique. Enquête sur les motivations de ...

    Lire
  • african-gaming-startups-750x400

    C’est en Afrique que la croissance des start-ups est la plus forte

    Lu par 170647 Boytown1000Afrique est à des années-lumières de l’Amérique du Nord où de l’Europe concernant les levées de fonds de start-ups. Dans le dernier quart de ...

    Lire
  • Kantanka-SUV

    La 1ere voiture 100% ghanéenne « la Katanka »

    Lu par 209082 Boytown0000L’industrie automobile mondiale compte un nouveau pays producteur: le Ghana. Un inventeur passionné a réalisé son rêve de créer une nouvelle marque, qui compte ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    135538789948570

    « African Dream ».. Bienvenu dans le rêve insipide du Wageble

    Lu par 22153 Boytown

    Hier Mardi le 12 Décembre 2012 a 12h12mn précises, la nouvelle vidéo du groupe Wageble « African Dream » en duo avec Cheikh « Ndigel Lo, est sortie sur la toile. Fraiche et originale, « African Dream » invite  tous les africains, particulièrement ceux  de la Diaspora a s’investir pour une Afrique nouvelle et développée.  La chanson  qui figure dans  l’album « Message of Hope » que le groupe a mis sur le marche en Novembre 2011, est une sombre invite dans le rêve incolore des Wageble, qui veulent rappeler que malgré les durs aléas  de la vie d’immigré,  il appartiendra  toujours a l’Africain de revenir reconstruire l’Afrique.

    Les images saccadées, les 2 « drug dealers »  l’un qui rêve de lâcher le « hussle » pour réussir dans la musique tandis que l’autre se noie dans l’argent facile, Waterflow  qui se lave le visage comme  pour se départir de cette crasse amassée après une dure journée de labeur, Eye Witness   plongée dans sa nostalgie du pays et de ses amis, le noir et le blanc et point de couleurs….. En bref toute une peinture qui nous rappele le triste « vécu» de millions de jeunes  africains qui vivent pour la plupart des conditions difficiles aujourd’hui dans les métropoles occidentales. Une situation par ailleurs familière pour les Wageble qui vivent  depuis plusieurs années entre la Suisse et les Etats Unis mais qui n’ont pas pour autant oublié ni renier leur cher Thiaroye d’où ils sont originaires. Jouant parfaitement leur rôle de leaders d’opinion, ils posent ainsi le doigt sur un problème urgent qui menace l’Afrique vidée de plus en plus de ses compétences.

    « Boule fater home remember finga djouguer » dit Waterflow dans la chanson….. Quoi de plus normal pour quelqu’un qui était allé chercher, travailler ou étudier, de revenir ensuite  contribuer et reconstruire  sa communauté.  Qu’est ce qui te retiens la ou tu est ? Pourquoi tu ne reviendrais pas revoir les êtres chers que tu as laisse derrière et qui pensent tous les jours a toi ?

    Plusieurs questions posées et chantées par « Cheikh Ndigel Lo » dont la voix mélancolique est une pure dégustation. En parfaite symbiose avec le « beat» entrainant,  il ne manque pas de rappeler lui aussi que le continent réclame ses fils..  Africa is calling

    Toute cette mise en scène, ce lugubre scenario peint en noir et blanc  n’est point fortuit.  En voulant s’éloigner du « sensationnel » si courant de nos jours dans les vidéos, l’objectif  du Wageble était simple. Se concentrer sur l’essentiel  qui est le message.  «African Dream» est une grande bouffée d’air dans un univers  ou le «Bling Bling» et les «booty» qui se trémoussent sous les faisceaux du stroboscope,  sont les  seules règles pour percer. Un rappel pour tous ces artistes qui  ont oublié leur lourd sacerdoce  et la noblesse de leur art.

    « African Dream ».. A voir et a revoir

    A Double U

    YouTube Preview Image

    Lu par 22153 Boytown

    Partagez cet Article

    Pauvreté au Sénégal: Les polygames sont les plus touchés

    Suivant »

    Le journal rappé avec les stars du rap Xuman et Keyti. Ecoutez le Podcast