shop-ad-books copy

Afrique: Les patrons au pouvoir

| 06.02.2013 | 0 Commentaire

Lu par 675 Boytown

C‘est une tendance qui se répand en Afrique : de plus en plus de ministres sont issus du milieu des affaires. Pourtant, du risque de conflit d’intérêts à la pression médiatique, les pièges ne manquent pas.

En Tunisie, sous l’ère Ben Ali, les patrons étaient écartés du pouvoir et ne devaient leur salut – et bien souvent leur fortune – qu’à leur neutralité ou, mieux encore, à leur soutien sans faille au régime en place. Signe que les temps changent, au lendemain de la révolution de 2011, c’est à un banquier, Jalloul Ayed, qu’a échu le ministère des Finances. Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, à Tunis, le dit lui-même : « La gestion d’un État ne peut plus être accaparée par un petit nombre de personnes. Il faut s’ouvrir, aux dirigeants d’entreprises comme à la société civile. L’important, c’est de trouver les meilleurs, tout simplement. »

Et la tendance lui donne raison : depuis quelques années, les ministères africains se garnissent de personnalités issues de la sphère économique, grands patrons aux carrières remarquables, businessmans dont la réussite – notamment financière – est un exemple pour nombre d’Africains… Un changement d’époque et de mentalités qui répond d’abord à une attente de la base : les citoyens deviennent davantage sensibles à la culture du résultat. Déçus par les promesses sans lendemain, échaudés, aussi, par les affaires et l’avidité des hommes politiques au détriment de l’intérêt général, ils ne croient plus aux grands discours. En d’autres termes : ils tournent le dos à la politique politicienne.

Abdoul Mbaye, Premier ministre du Sénégal, homme d’affaires et ancien directeur de CBAO (filiale locale du marocain Attijariwafa Bank), ne s’y est pas trompé en choisissant un autre banquier, Amadou Kane, pour diriger le ministère de l’Économie et des Finances, et un patron de presse, Youssou N’Dour, pour le ministère du Tourisme et des Loisirs – même s’il est plus connu pour être le roi du mbalax.

En Côte d’Ivoire, le patron du groupe Sifca (huile de palme), Jean-Louis Billon, s’est vu confier les rênes du ministère du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME. Raymond Ndong Sima, Premier ministre gabonais, fut PDG de la Compagnie forestière du Gabon et directeur général de Hévégab. Enfin, l’ancien directeur général d’Afriland First Bank, Alamine Ousmane Mey, est aujourd’hui ministre des Finances du Cameroun…

Tourbillon

À l’aise financièrement – pour ne pas dire très riches – après avoir mené des carrières aux plus hautes responsabilités, ces patrons devenus ministres seraient moins attachés à remplir leur compte en banque qu’à mener leur pays sur la voie de la réussite. De plus, pour le politologue sénégalais Abdou Lô, « ce sont des profils habitués à trouver des solutions concrètes à des problèmes aigus et, n’étant pas des hommes politiques, ils ne rentrent pas dans les batailles de succession, ne sont pas intéressés par l’appareil ».

Se jeter dans l’arène politique comporte néanmoins des risques. Récemment, Abdoul Mbaye a été pris dans le tourbillon de l’affaire Hissène Habré. Accusé d’avoir blanchi l’argent de l’ancien dictateur tchadien lorsqu’il était patron de CBAO, malmené, aussi, par des adversaires politiques, de l’opposition ou de son propre camp, il lui aura fallu du temps pour sortir de son mutisme, exacerbant d’autant plus les suspicions de la presse et de la société civile. « Dans le privé, on communique quand on a des résultats, relève Jean-Louis Billon. En politique, on doit répondre chaque fois qu’on est interpellé. »

Autre sujet sensible : les conflits d’intérêts qui pourraient naître. Au Cameroun, les ministres sont contraints par la loi de ne pas avoir d’intérêts dans le privé, mais tel n’est pas le cas partout. N’est-il pas tentant, pour l’actionnaire principal de Sifca, de favoriser, grâce à ses relations, les filiales de son groupe lors d’un appel d’offres ? La présence de Movis, entreprise détenue notamment par la famille Billon, parmi les groupements sélectionnés pour la concession du second terminal à conteneurs du port d’Abidjan, peut légitimement susciter des interrogations… « Je ne suis pas aux commandes, et le processus avait été lancé avant ma nomination », se défend Jean-Louis Billon.

De même, l’actionnaire majoritaire du groupe de presse Futurs Médias, au Sénégal, n’est-il pas tenté d’orienter la plume de ses journalistes en faveur du gouvernement ? « Youssou N’Dour a laissé la gestion de son groupe à son directeur général, Mamadou Ibra Kane, et à son directeur général adjoint, son fils aîné Birane N’Dour, avant même d’entrer en politique », assure Mame Sira Konaté, ancienne journaliste de Futurs Médias et aujourd’hui chargée de communication du ministre. « Je ne l’ai jamais vu, même lorsqu’il était encore en poste, intervenir sur la ligne éditoriale, poursuit-elle. Le propre de Futurs Médias est de laisser les journalistes exercer leur métier en toute liberté. »

Challenge
Facilement jetés en pâture, soumis aux décisions d’un patron – le chef de l’État -, harcelés jour et nuit pour régler les urgences, nettement moins payés… Pourquoi, au final, ces businessmans acceptent-ils un tel poste ? « Le challenge de changer réellement les choses et de montrer ce qu’on est capable de faire, plutôt que de critiquer sans agir, estime Abdou Lô. Et puis, l’appel du pouvoir est enivrant, ne l’oublions pas. »

En outre, le risque de briser sa carrière est assez faible, tous se recaseront facilement. « Je pourrai faire autre chose après sans problème », assure Amadou Kane. En Tunisie, Jalloul Ayed, qui a quitté le gouvernement fin 2011, a depuis été nommé au conseil consultatif de la société Sky Petroleum et a mis sur pied un fonds d’investissement ciblant des projets à haute valeur technologique. Ministre un jour, patron toujours.
De Washington à Paris, un phénomène mondial

Coopter des patrons à des postes stratégiques au sein des gouvernements : la pratique existe depuis plusieurs années en Europe. Le cas du Suisse Johann Schneider-Ammann, chef du département fédéral de l’Économie, en est un illustre exemple. Avant d’entrer en politique en 2010, l’homme était un capitaine d’industrie possédant des intérêts dans près de 23 entreprises, du groupe familial Ammann à l’horloger Swatch.

Aux États-Unis, en 2006, George Bush avait choisi Henry Paulson, figure historique de la banque d’affaires Goldman Sachs, comme secrétaire du Trésor. En France, Christine Lagarde était quant à elle à la tête du cabinet d’avocats Baker & McKenzie avant d’intégrer le gouvernement de Dominique de Villepin, en 2005.

Des postes à haut risque en raison de possibles conflits d’intérêts. Ainsi, on reproche à Henry Paulson d’avoir laissé Lehman Brothers, principal rival de Goldman Sachs, faire faillite en septembre 2008. De son côté, Christine Lagarde a été contestée, en 2011, lorsque la banque publique Oséo, dépendant de son ministère, a investi dans une PME dont elle-même était actionnaire.

Avant elle, Francis Mer avait été le premier grand patron du privé à diriger le ministère français de l’Économie et des Finances, de 2002 à 2004. L’artisan de la création d’Arcelor (numéro un mondial de l’acier, devenu Arcelor Mittal) a été salué pour avoir su réformer l’administration de Bercy, mais son style abrupt, ses méthodes de cost-killer et son franc-parler en ont choqué plus d’un.

Toutefois, ces cas restent des exceptions. En Europe, « le phénomène inverse est plus courant », explique Éric Vernier, chercheur spécialiste des conflits d’intérêts à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), à Paris. « C’est-à-dire qu’on voit plus souvent des hauts cadres de la fonction publique aller diriger, après leur mandat, des entreprises privées. » En France, il y a même un nom pour ça : le « pantouflage »
JA

Lu par 675 Boytown

Réagissez

comments

Powered by Facebook Comments

Motsclefs: ,

Categorie: MUZIC

Laissez un commentaire