MARKETPLACE

  • StartupBRICS-Startup-Africa-Paris

    Ces Africains qui rentrent au pays pour mieux vivre

    Lu par 228132 Boytown2000Après une longue tradition d’émigration vers les anciens pays colonisateurs, l’heure est au retour dans de nombreux pays d’Afrique. Enquête sur les motivations de ...

    Lire
  • african-gaming-startups-750x400

    C’est en Afrique que la croissance des start-ups est la plus forte

    Lu par 175615 Boytown1000Afrique est à des années-lumières de l’Amérique du Nord où de l’Europe concernant les levées de fonds de start-ups. Dans le dernier quart de ...

    Lire
  • Kantanka-SUV

    La 1ere voiture 100% ghanéenne « la Katanka »

    Lu par 213971 Boytown0000L’industrie automobile mondiale compte un nouveau pays producteur: le Ghana. Un inventeur passionné a réalisé son rêve de créer une nouvelle marque, qui compte ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    amadou-diaw-ISM

    Amadou Diaw, Président de l’International School of Management (ISM Dakar): “Les élites se détournent de la France”

    Lu par 6459 Boytown

    Amadou Diaw est président de l’International School of Management (ISM Dakar). Ce spécialiste de l’enseignement supérieur constate une attirance pour les établissements anglo-saxons.

    Quelle est la part d’élèves sénégalais scolarisés dans des établissements européens élitistes ?

    Amadou Diaw : Depuis une vingtaine d’années, des Sénégalais plutôt aisés envoient leurs enfants en France ou en Suisse pour leurs études secondaires. Ce phénomène concerne tout au plus quelques dizaines de familles chaque année, en particulier dans le milieu des affaires. Il ne s’agit pas nécessairement des meilleurs éléments, on ne peut donc pas parler de fuite des élites. En revanche, nous constatons une augmentation des inscriptions dans des écoles secondaires de très haut niveau aux États-Unis ou en Afrique du Sud. Cette élite en formation se détourne de la France.

    Certains pays sont-ils plus concernés que d’autres ?

    Les pays d’Afrique centrale sont a priori plus représentés dans ces établissements européens. Pendant la période coloniale déjà, les familles royales du Cameroun envoyaient leurs enfants poursuivre leurs études secondaires en France. Au lendemain des indépendances, le phénomène s’est amplifié, y compris au Maghreb. Malgré l’existence de lycées de très haut niveau au Maroc, des jeunes marocains, tunisiens et libyens, notamment, ont poursuivi leurs études dans les prestigieux établissements parisiens (lycées Louis-le-Grand, Henri-IV). Quoi qu’il en soit, le phénomène que nous évoquons, marginal, n’a aucune répercussion, ni sur nos établissements ni sur le système éducatif.

    Au Sénégal, quels établissements sont en mesure de proposer une alternative locale ?

    En Afrique de l’Ouest, le pays affiche une belle longueur d’avance, tant au niveau du secondaire que de l’enseignement supérieur. Il y a par exemple le lycée public Mariama-Bâ, sur l’île de Gorée. Cette maison d’éducation réservée aux jeunes filles affiche 100 % de réussite au bac, avec mention ; le prytanée militaire de Saint-Louis constitue son pendant masculin. Depuis une dizaine d’années, des lycées privés d’excellence affichent également de très bons résultats. À cela s’ajoutent de bons collèges catholiques.

    JA

    Lu par 6459 Boytown

    Partagez cet Article

    Hellofood.sn, le futur leader des commandes de repas en ligne en Afrique ?

    Suivant »

    Angola : Isabel Dos Santos, première Africaine milliardaire