Amadou-kane-bis1

Amadou Kane: L’homme qui gère le Sénégal comme une entreprise

Lu par 3824 Boytown

Le Ministre de l’Économie et des Finances fait partie de ces patrons qui ont accepté d’entrer en politique. Portrait d’un banquier accompli. Son parcours professionnel est sans faute. Né à Thiès en 1954, Amadou Kane, banquier émérite, est devenu ministre de l’Économie et des Finances à la suite de l’élection de Macky Sall, en mars 2012. Pourquoi s’être risqué en politique ? « On ne peut pas se contenter de rester au bord de la route et de critiquer. Et puis être ministre est aussi un moyen d’ajouter une nouvelle corde à mon arc », répond-il, comme si son curriculum vitæ n’était pas encore assez garni.

Le défi n’était pas mince. Exsangue, « l’État bouchait les trous avec de nouveaux emprunts à des taux mal négociés », se souvient Amadou Kane. « Et le service de la dette devenait insupportable. Entre 2006, année de l’annulation de la dette contractée auprès de l’Association internationale de développement, et le 31 mars 2012, l’endettement du pays est passé d’environ 1 200 milliards à 2 740 milliards de F CFA [de 1,8 milliard à 4,2 milliards d’euros, NDLR] ! »

Credo
Face à cette situation, il a dû s’adapter : « J’étais habitué à chercher les bénéfices, maintenant je dois gérer la dette… » Administrer l’État en bon père de famille, voilà son credo. « Nous avons annulé ou différé des dépenses injustifiées. » Homme de résultats, il annonce avoir fait mieux que les engagements pris auprès du Fonds monétaire international (FMI) : le déficit s’élèvera à 6 % du PIB en 2012, peut-être moins, contre les 6,4 % négociés et les 8,2 % atteints en 2011. « Je dois à tout prix passer au-dessous des 5 % en 2013. »

Amadou Kane dit avoir traité les urgences sans tuer la croissance (3,7 % en 2012) et tout en réduisant la dette. Il compte atteindre les 4,3 % de croissance en 2013, et 7 % en moyenne entre 2013 et 2017. Réforme du code des impôts fin 2012, mise en place du code de transparence de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), renforcement des pouvoirs de la Cour des comptes, soutien au secteur agricole… « Je n’ai jamais autant travaillé, il y a toujours des urgences, des décisions à prendre, il n’y a pas de répit », avoue-t-il.

L’ancien banquier doit aussi composer avec une administration peu habituée à être managée comme une entreprise. « Il faut renouer avec le culte de l’État et arrêter de servir des intérêts privés. On ne négociait même pas les taux d’intérêt, on ne s’attaquait pas aux réformes nécessaires pour débloquer les 28 milliards de F CFA de la Banque mondiale… L’État, c’est comme une entreprise ! » assure celui qui dit qu’il ne sera satisfait que si la croissance inclusive progresse et que la pauvreté diminue. Et il se sait attendu au tournant.

Du privé au public
Années 1980Exerce au sein de l’Union des banques arabes françaises (Ubaf)

1990
Conseiller du président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), chargé des questions financières.

1996
Administrateur et directeur général de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Sénégal (Bicis, Groupe BNP Paribas)

2006
PDG de la Bicis

2012
Ministre de l’Économie et des Finances du Sénégal

ja

Lu par 3824 Boytown

Partagez cet Article

Afrique: Les patrons au pouvoir

Suivant »

Ces jeunes Africains qui rêvent d’épouser la fille d’Obama

1 Commentaire

  1. 18.12.2014

    I simply want to mention I’m beginner to blogging and site-building and absolutely liked this web-site. Most likely I’m planning to bookmark your blog post . You amazingly have superb article content. Thanks a lot for sharing with us your web site.

Laissez un commentaire

LU AILLEURS

  • Senegal Election Rules

    BRUTALITE POLICIERE, TORTURE, IMPUNITE…ENCORE DES EFFORTS A FAIRE SELON AMNESTY

    Lu par 24941 Boytown Le rapport annuel de l’ONG Amnesty international présenté hier révèle plusieurs manquements dans le respect des libertés individuelles au Sénégal. La situation des ...

    Lire
  • 7241395-11120294

    ”Chaque jour vers l’enfer nous descendons d’un pas.”

    Lu par 24661 Boytown Charles Baudelaire ; Les fleurs du mal (1857) Ce n’est point un conte de fée pour adulte, mais la réalité crue. Ces mots ...

    Lire
  • image44

    Le pouvoir des sorciers blancs

    Lu par 98911 Boytown L’émission Enquêtes de foot sur Canal+ a consacré un reportage sur la place occupée par les entraîneurs européens, notamment français, sur le continent ...

    Lire
  • emploi-au-senegal-chomage-642x418

    Sénégal: L’insoluble problématique de l’emploi des jeunes

    Lu par 109817 Boytown « Un travailleur qui ne peut pas trouver d’emploi est un personnage infiniment plus tragique que n’importe quel Hamlet ou Œdipe. » John Morley La ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    11-160-x-600

    OPINION

  • 3423851-4925477

    Que deviendrait le Sénégal si Me Wade était réélu en 2012 ?

    Lu par 4915 Boytown « Le sage a honte de ses défauts, mais n’a pas honte de s’en corriger » Cette question, chaque Sénégalais conscient, responsable et ...

    Lire
  • SENEGAL-VOTE-OPPOSITION-SALL

    Pourquoi l’annonce du référendum comme ci-après et en 2016, par le président de la République?

    Lu par 141996 Boytown « Les sénégalais seront appelés aux urnes en 2016 pour se prononcer sur la réduction ou non du mandat du président Macky Sall de ...

    Lire
  • kolda-2

    Décentralisation rationnelle et viable Oui, mais non à la prolifération des collectivités locales  sur des bases politiciennes.

    Lu par 319467 Boytown Il est indéniable et absolument vrai, que l’objectif principal et le but essentiel visé par la décentralisation, c’est parfaitement, de rapprocher l’administration le ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus