LES STATS

  • em

    5% sur 100 demandeurs d’emplois sont qualifiés au Sénégal

    Lu par 14305 Boytown3200 Interpellé par ailleurs sur la lancinante question du chômage des jeunes dans le pays, Mame Mbaye Niang a reconnu sans ambages que «le ...

    Lire
  • emploi-des-jeunes

    1700 SOCIETES CREEES DEPUIS AVRIL 2014 D’APRES LES AUTORITES

    Lu par 14174 Boytown3100 Les députés ont examiné et adopté le projet de loi n°01/2015 portant réglementation du capital de la Société à responsabilité limitée (Sarl), en ...

    Lire
  • karim_wade1

    6 ans ferme, 138 milliards d’amende pour Karim Wade

    Lu par 53389 Boytown4100 Deux années après le déclenchement des poursuites contre Karim Wade et Cie, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a rendu son ...

    Lire
  • Bacheliers-Senegal

    50 % DES MENAGES SENEGALAIS N’ONT PAS ACCES AU PRIVE

    Lu par 156554 Boytown3100 Une étude réalisée par la Banque mondiale a révélé qu’au Sénégal, à cause de la pauvreté, 50 % des ménages n’ont pas accès ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    11-160-x-600

    CULTURES

  • 1926815_10152772935494211_6452030608995141838_n

    « Télé Variétés »…

    Lu par 82199 Boytown2100 Dire que le doyen Maguette Wade, le 1er animateur qui a commencé la 1ere émission musicale sur la chaîne nationale ORTS a l’époque, ...

    Lire
  • 4725051-7058364

    Yoro Ndiaye : “Je n’ai pas choisi, c’est la musique qui est venue à moi”

    Lu par 109027 Boytown4100 Yoro Ndiaye n’est désormais plus à présenter sur la scène musicale sénégalaise. A 40 ans, le natif de Mbacké a bien mûri depuis ...

    Lire
  • aaaliou-cisse

    Le Sénégal mise sur Aliou Cissé

    Lu par 103946 Boytown9100 Un accord portant sur un contrat de deux ans a été trouvé entre Aliou Cissé et la Fédération sénégalaise. La nomination de l’actuel ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus
    Amadou-kane-bis1

    Amadou Kane: L’homme qui gère le Sénégal comme une entreprise

    Lu par 3890 Boytown

    Le Ministre de l’Économie et des Finances fait partie de ces patrons qui ont accepté d’entrer en politique. Portrait d’un banquier accompli. Son parcours professionnel est sans faute. Né à Thiès en 1954, Amadou Kane, banquier émérite, est devenu ministre de l’Économie et des Finances à la suite de l’élection de Macky Sall, en mars 2012. Pourquoi s’être risqué en politique ? « On ne peut pas se contenter de rester au bord de la route et de critiquer. Et puis être ministre est aussi un moyen d’ajouter une nouvelle corde à mon arc », répond-il, comme si son curriculum vitæ n’était pas encore assez garni.

    Le défi n’était pas mince. Exsangue, « l’État bouchait les trous avec de nouveaux emprunts à des taux mal négociés », se souvient Amadou Kane. « Et le service de la dette devenait insupportable. Entre 2006, année de l’annulation de la dette contractée auprès de l’Association internationale de développement, et le 31 mars 2012, l’endettement du pays est passé d’environ 1 200 milliards à 2 740 milliards de F CFA [de 1,8 milliard à 4,2 milliards d’euros, NDLR] ! »

    Credo
    Face à cette situation, il a dû s’adapter : « J’étais habitué à chercher les bénéfices, maintenant je dois gérer la dette… » Administrer l’État en bon père de famille, voilà son credo. « Nous avons annulé ou différé des dépenses injustifiées. » Homme de résultats, il annonce avoir fait mieux que les engagements pris auprès du Fonds monétaire international (FMI) : le déficit s’élèvera à 6 % du PIB en 2012, peut-être moins, contre les 6,4 % négociés et les 8,2 % atteints en 2011. « Je dois à tout prix passer au-dessous des 5 % en 2013. »

    Amadou Kane dit avoir traité les urgences sans tuer la croissance (3,7 % en 2012) et tout en réduisant la dette. Il compte atteindre les 4,3 % de croissance en 2013, et 7 % en moyenne entre 2013 et 2017. Réforme du code des impôts fin 2012, mise en place du code de transparence de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), renforcement des pouvoirs de la Cour des comptes, soutien au secteur agricole… « Je n’ai jamais autant travaillé, il y a toujours des urgences, des décisions à prendre, il n’y a pas de répit », avoue-t-il.

    L’ancien banquier doit aussi composer avec une administration peu habituée à être managée comme une entreprise. « Il faut renouer avec le culte de l’État et arrêter de servir des intérêts privés. On ne négociait même pas les taux d’intérêt, on ne s’attaquait pas aux réformes nécessaires pour débloquer les 28 milliards de F CFA de la Banque mondiale… L’État, c’est comme une entreprise ! » assure celui qui dit qu’il ne sera satisfait que si la croissance inclusive progresse et que la pauvreté diminue. Et il se sait attendu au tournant.

    Du privé au public
    Années 1980Exerce au sein de l’Union des banques arabes françaises (Ubaf)

    1990
    Conseiller du président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), chargé des questions financières.

    1996
    Administrateur et directeur général de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Sénégal (Bicis, Groupe BNP Paribas)

    2006
    PDG de la Bicis

    2012
    Ministre de l’Économie et des Finances du Sénégal

    ja

    Lu par 3890 Boytown

    Partagez cet Article

    Afrique: Les patrons au pouvoir

    Suivant »

    Ces jeunes Africains qui rêvent d’épouser la fille d’Obama

    1 Commentaire

    1. 18.12.2014

      I simply want to mention I’m beginner to blogging and site-building and absolutely liked this web-site. Most likely I’m planning to bookmark your blog post . You amazingly have superb article content. Thanks a lot for sharing with us your web site.

    Laissez un commentaire