LES STATS

  • karim_wade1

    6 ans ferme, 138 milliards d’amende pour Karim Wade

    Lu par 28276 Boytown Deux années après le déclenchement des poursuites contre Karim Wade et Cie, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a rendu son ...

    Lire
  • Bacheliers-Senegal

    50 % DES MENAGES SENEGALAIS N’ONT PAS ACCES AU PRIVE

    Lu par 131624 Boytown Une étude réalisée par la Banque mondiale a révélé qu’au Sénégal, à cause de la pauvreté, 50 % des ménages n’ont pas accès ...

    Lire
  • SONY DSC

    12 ENFANTS OPERES A CŒUR OUVERT A L’HOPITAL DE FANN

    Lu par 127794 Boytown Douze (12) enfants atteints de cardiopathie congénitale vont être opérés à cœur ouvert à l’hôpital de Fann pendant une semaine. Démarré avant-hier, trois ...

    Lire
  • etat_civil_sen

    2 CITOYENS SUR 3 NE DISPOSENT PAS DE PIECES D’ETAT CIVIL A SEDHIOU

    Lu par 105757 Boytown Le Fonds des Nations unies pour l’enfance appuie les collectivités locales de la région de Sédhiou à disposer d’un fichier fiable de pièces ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    11-160-x-600

    CULTURES

  • 1926815_10152772935494211_6452030608995141838_n

    « Télé Variétés »…

    Lu par 54932 Boytown Dire que le doyen Maguette Wade, le 1er animateur qui a commencé la 1ere émission musicale sur la chaîne nationale ORTS a l’époque, ...

    Lire
  • 4725051-7058364

    Yoro Ndiaye : “Je n’ai pas choisi, c’est la musique qui est venue à moi”

    Lu par 85698 Boytown Yoro Ndiaye n’est désormais plus à présenter sur la scène musicale sénégalaise. A 40 ans, le natif de Mbacké a bien mûri depuis ...

    Lire
  • aaaliou-cisse

    Le Sénégal mise sur Aliou Cissé

    Lu par 80682 Boytown Un accord portant sur un contrat de deux ans a été trouvé entre Aliou Cissé et la Fédération sénégalaise. La nomination de l’actuel ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus

    Audits: A quoi jouent le Pouvoir et le Pds ?

    Lu par 13233 Boytown

    La traque aux pilleurs de la République est relancée. Mais les auditions suivies de libération des dignitaires supposés s’être enrichis commencent à indisposer une bonne frange de la société. Le Pds pour sa part affûte ses armes car décidé à vendre chèrement sa peau.

    Les auditions enclenchées par les autorités dans le cadre de la traque aux biens supposés mal acquis ont fini de mettre les libéraux sur le pied de guerre. Ces derniers n’excluent aucune voie de recours pour freiner la machine judiciaire qui semble s’être emballée. Après avoir investi les médias pour cracher leur bile sur le nouveau régime, ils ont convoyé tous les mécontents à la mythique place de l’Obélisque pour menacer et intimider leur ex frère devenu président. Aujourd’hui leur dernière trouvaille semble être la mise en place d’un gouvernement parallèle pour couper la main qui tient le glaive de la Justice pour parler comme Abdoul Mbaye. Ce qui est révoltant chez ces libéraux, c’est le fait que tous les moyens sont bons pour déstabiliser le pays; même les plus nauséabonds. Ainsi, semblent-ils prêts à faire basculer le pays dans l’instabilité, l’essentiel pour eux étant de glisser entre les mailles de la Justice. L’attitude du pouvoir face à ce problème semble un peu trop timorée. Si les libéraux commencent à reprendre du poil de la bête, c’est simplement dû aux nombreux cafouillages constatés dans le traitement de ce dossier. Tout d’abord, les incessantes auditions suivies de libérations sont un moyen offert aux libéraux pour plastronner. D’ailleurs chaque fois qu’un des leurs ressort de son face-à-face d’avec les enquêteurs, ils se mettent à jubiler et à narguer l’autorité. L’Etat a suffisamment d’éléments compromettants sur certains d’entre eux pour les mettre à l’ombre et refroidir l’ardeur guerrière de tous ceux qui ont des choses à se reprocher. La presse a relaté à longueur de colonnes des scandales inqualifiables commis par certains responsables Pds qui pourtant continuent à se la couler douce. De sorte que certains commencent même à soutenir que tout cela finira par se dégonfler comme un ballon de baudruche.

    Le président de la République a promis la rupture dans la gestion de l’Etat. Cette rupture commence d’abord par la restauration de son Autorité. Cette menace brandie par les libéraux n’est pas à prendre à la légère, d’autant plus qu’ils possèdent un trésor de guerre et des relais qui peuvent mettre les dirigeants en difficulté. C’est par manque d’autorité que beaucoup d’Etats de la sous région sont aujourd’hui plongés dans un chaos duquel ils peinent à sortir. L’Etat doit faire preuve de sérénité et de fermeté en menant à terme cette traque aux criminels financiers. Traque qui n’est qu’un jalon dans la longue marche vers la bonne gouvernance qui ne saurait s’accommoder de certaines pratiques répréhensibles.

    La Tribune via seneweb

    Lu par 13233 Boytown

    Partagez cet Article

    Wageble – African Dream Feat. Cheikh Lo

    Suivant »

    Comment la corruption a explosé au Sénégal

    Laissez un commentaire