Interactive Coloring

http://www.mve.hu/?buy-a-business-plan-already-written-for-pet Buy A Business Plan Already Written For Pet

Cheapest Custom Essays

CAN 2013: pourquoi le Burkina Faso ne pouvait pas gagner

Termpapers For Sale

Malgré une prestation qui a surpris pendant la coupe d’Afrique des Nations, les Etalons du Burkina Faso pouvaient difficilement dompter la machine de guerre nigériane.

http://www.papilouve.com/writing-dissertation-proposal/ Writing Dissertation Proposal

Cranfield Phd Thesis

http://rghq.co.uk/andreas-kasper-dissertation/ Andreas Kasper Dissertation

Dj Essay

http://inet.edu.vn/upload/homework-help-malcolm-x/ Homework Help Malcolm X

La fièvre d’avant-match

250 Word Personal Statement

Buy A Research Paper For Cheap

Literature Assignment Help

http://www.fcoss.nl/?resume-writing-services-dayton-ohio Resume Writing Services Dayton Ohio

http://klikashoes.com/phd-thesis-writing-services-in-pune/ Phd Thesis Writing Services In Pune

Spark Space Essay Writer

Le deuxième corner burkinabè est obtenu à la 9e minute. Diakité sort et rate le ballon. La reprise nigériane passe au dessus. Les Super Eagles sont en place. Les Etalons ne sont pas dans le match. Le trac? On ne sait trop. Et voilà que Paul Koulibaly multiplie ses mauvaises relances alors que cette fois, il joue le rôle de défenseur central.

Bakary Koné a décalé légèrement à droite pour suppléer Mohamed Koffi diminué par sa blessure de la demi-finale. Paul a des difficultés devant Moses bien rapide. A droite, Madi est face à un rapide Uche. La défense des Etalons n’est donc pas trop à l’aise à l’image des autres compartiments.

Les erreurs tactiques des Etalons

Excepté les rares incursions et beaux gestes de Pit, rien à mettre sous la dent. A force de commettre les fautes, Florent finit par écoper du premier carton jaune de la partie à la 33e mn.

Le Nigeria continue d’assiéger les Etalons qui craquent finalement à la 40e minute. Là, une des énièmes mauvaises relances de Paul Koulibaly permet à l’attaque nigériane de se reprendre et de battre Daouda Diakité. C’est le but de Mba Sunday qui avait marqué le but de la victoire contre les Eléphants de Côte d’Ivoire en quarts de finale.

Sunday était encore dans son jour: dimanche! Pour l’heure, rien ne fonctionne pour les poulains de Paul Put. Comme le 21 janvier dernier face à cette équipe, les Etalons sont menés au score. La pause intervient sur cette avance des Super Eagles.

La frayeur continue juste à la reprise (47e) avec cette balle croisée des Super Eagles, de la droite vers la gauche. Le premier changement est nigérian (53e). Ambrose sort pour Musa Ahmed. Peu à peu, les Etalons s’approchent des buts nigérians, mais ne réussissent pas leurs œuvres cette fois.

Que se passe-t-il? Je me rappelle: les Etalons sortent de deux prolongations dont l’une est allée jusqu’aux tirs aux buts. Ce n’est pas évident de pouvoir tenir à tous les coups? Mais cette tête intelligente de Bancé à la 58e mn qui finit dans les bras du portier nigérian vient me redonner espoir. Surtout avec cette faute sur Pit à la 61e mn. Charles à l’exécution, mais ça ne passe toujours pas.

Les 94.700 supporters moins les 3.000 supporters nigérians sont toujours Burkinabè. Paul Put lance Wilfried Sanou à la 65e mn à la place de Florent Rouamba. Ce dernier ne semble pas content. Bako court l’encourager. Le Nigérian lance son deuxième Aigle: Juwon Ayo.

La première touche de balle de Wilfried Sanou (une talonnade) enraye la belle action orchestrée par Pitroipa. On joue 68 mn. Rien n’est perdu. Je me souviens que face au même Nigeria, le but égalisateur est venu à la dernière seconde. Et ces 3 corners successifs pour les Etalons à la 72e mn me rassurent. Ce tir croisé de Willy, servi par Préjuce à la 73e minute, faillit remettre les pendules à l’heure.

Mais les contres nigérians sont dangereux et Bako essaie de faire ce qu’il peut pour sauver les meubles. Le milieu burkinabè ne se retrouve pas. Le temps passe ; le Nigeria tient toujours sa coupe. Bancé est bien isolé par la défense nigériane.

Le rêve déçu de la victoire

Dix minutes à jouer. Dagano s’échauffe. Le Burkina n’a plus rien à perdre. Il faut tout essayer. 81e mn. Moses est fauché par Paul Koulibaly à l’entrée de la surface burkinabè. Danger ! Le shoot ne donne rien.

Le public continue de pousser les Etalons. Bancé s’égare et manque ses contrôles. Paul Put décide de lancer son capitaine, Dagano. A 7 minutes de la fin. C’est Paul qui est sacrifié. L’objectif est clair. Le défenseur sort pour l’attaquant. Il faut aller vers les buts.

Plus que six minutes. La coupe s’éloigne pour le Burkina. Le Nigeria rêve de caresser le trophée pour la troisième fois. Le match n’est pas fini, mais ces deux balles de la 86e minutes dans la défense burkinabè pouvait tuer le match. Heureusement que Diakité veille. Paul Put essaie le tout pour le tout. A une minute de la fin, il sort Djakaridia Koné pour Abdul Razack. Le temps réglementaire est terminé.

Le Nigeria a sa coupe. Il y a encore 4 minutres de temps additionnel. Les espoirs s’envolent pour les braves Etalons. Et voilà le dernier coup franc pour les Etalons. Bien placé. Dagano se place et envoie le balllon dans les nuages. L’arbitre algérien qui a bien tenu le match met un terme à cette finale.

Les Etalons enregistrent leur unique défaite dans cette CAN. Ils tombent les armes à la main. Ils repartent avec 4 victoires, un match nul et une défaite pour 8 buts marqués et 4 encaissés. Ils ont fait la fierté du Burkina dans cette CAN.

La coupe a simplement décidé d’aller au Nigeria. Les Burkinabè rentrent au pays honorés. Ce n’est pas grave. C’est la loi du sport. Les Etalons méritent toute la reconnaissance du peuple burkinabè. Il faut garder l’espoir et continuer le travail. Ce fut la CAN du Burkina que 94.700 supporters ont ovationné.

Slate

Lu par 5738 Boytown

QUELQUES ARCHIVES: