shop-ad-books copy

Ces câbles sous-marins à fibre optique qui vont traverser l’Afrique en 2014

| 22.01.2013 | 0 Commentaire

Lu par 673 Boytown

De nombreux câbles sous-marins longent désormais les côtes africaines. Objectif, permettre aux pays africains d’avoir accès aux services de télécommunications de qualité. En plus des acquis qui songent déjà à se consolider, de nouveaux câbles seront bientôt actifs sur le continent. C’est à partir de l’année 2010 que la part de l’Afrique dans le déploiement des câbles sous-marins à fibre optique a commencé à s’accroître. On peut ainsi citer la mise en service de Main One, Eassy et de Glo-1 cette année-là (voir tableau ci-dessous).

De nouveaux câbles

Mais, en 2014, de nouveaux câbles sous-marins vont être activés en Afrique. Parmi eux, on peut citer le câble sous-marin Wasace qui envisage de relier l’Afrique, l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud et l’Europe. D’après ses promoteurs, il s’agit du plus important projet de câble dans l’océan Atlantique, dont « la longueur totale des fibres équivaudra à sept fois la circonférence de la terre ». Ses pays cibles sont le Maroc, le Nigeria, l’Angola et l’Afrique du Sud. Les investisseurs de quatre continents participent au projet, dont la firme VIP Must et la Banque africaine de développement. Wasace sera mis en œuvre par le groupe David Ross, un consultant international, basé aux Etats-Unis, spécialisé dans la réalisation de réseaux de communication. Ses promoteurs veulent utiliser la technologie dite « 100G ». Ses capacités seraient dix fois plus importantes que celles des systèmes actuels.

Câble sous-marin Brics

On ne saurait oublier le nouveau câble sous-marin Brics annoncé en juin 2012 et qui va connecter les pays du Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) avec les Etats-Unis. Le câble aura une capacité de 12,8 terabit/s et sera relié aux câbles WACS (West Africa Cable System), EASSy (Eastern Africa Submarin System) et SEACOM. Ce qui permettra aux cinq pays initiateurs du câble d’avoir un accès direct à 21 pays africains. Autre câble sous-marin qui sera mis en service en 2014, la South Atlantic Express (SAex). Ce câble devrait connecter Cape Town, en Afrique du Sud, Luanda en Angola et Fortaleza au Brésil. Ces projets et bien d’autres permettront à l’Afrique d’avoir une bande passante toujours plus intéressante.

« Maintenant que les façades maritimes du continent africain sont toutes couvertes de l’Ouest à l’Est et du Nord au Sud par des câbles sous-marins, le nouveau challenge consiste à interconnecter les hubs et des points de contact entre eux », observait récemment Philippe Dumont, le président de l’activité réseaux sous-marins d’Alcatel-Lucent dans les colonnes de RTN.

Les câbles sous-marins en Afrique depuis 2000

Nom du câble Pays africains concernés Longueur Période de mise en service
SEA-ME-WE-3 Maroc, Egypte, Djibouti 39 000 km 2000
SAT-3 Côte d’Ivoire, Ghana, Bénin, Nigeria, Cameroun, Gabon, Angola, Afrique du Sud, Maurice 14 000 Deuxième trimestre 2001
SEA-ME-WE-4 Egypte, Tunisie, Algérie 20 000 km 2000
SEACOM Madagascar, Mozambique, Tanzanie, Kenya, Afrique du Sud, Egypte 2009
TEAMS Kenya 4500 km Troisième trimestre 2009
LION Madagascar, Maurice 1000 km -
Main One Nigeria, Ghana 7000 km Troisième trimestre 2010
EASSY Afrique du Sud, Soudan, Ethiopie, Madagascar, Seychelles, Botswana, Mozambique, Tanzanie, Soudan, Kenya, Maurice, Djibouti, Erythrée 9900 km 2010
GLO-1 Ghana, Sénégal, Mauritanie, Maroc 9800 km Quatrième trimestre 2010
EIG Egypte, Libye 11 300 km 2011
WACS Afrique du Sud, Namibie, Angola, RD Congo, Congo, Cameroun, Nigeria, Togo, Ghana, Côte d’Ivoire, Cap-Vert 14 000 km 2011
LION-2 Kenya, Madagascar, Maurice 3000 km 2012
ACE Gabon, Cameroun, Nigeria, Bénin, Togo, Ghana, Côte d’Ivoire, Liberia, Sierra Leone, Guinée Conakry, Guinée-Bissau, Sénégal, Gambie, Cap-Vert, Mauritanie, Maroc 12 000 km 2012

Source : RTN

 

Lu par 673 Boytown

Réagissez

comments

Powered by Facebook Comments

Categorie: JEVOTE

Laissez un commentaire