MARKETPLACE

  • StartupBRICS-Startup-Africa-Paris

    Ces Africains qui rentrent au pays pour mieux vivre

    Lu par 243617 Boytown2000Après une longue tradition d’émigration vers les anciens pays colonisateurs, l’heure est au retour dans de nombreux pays d’Afrique. Enquête sur les motivations de ...

    Lire
  • african-gaming-startups-750x400

    C’est en Afrique que la croissance des start-ups est la plus forte

    Lu par 190983 Boytown1000Afrique est à des années-lumières de l’Amérique du Nord où de l’Europe concernant les levées de fonds de start-ups. Dans le dernier quart de ...

    Lire
  • Kantanka-SUV

    La 1ere voiture 100% ghanéenne « la Katanka »

    Lu par 229302 Boytown0000L’industrie automobile mondiale compte un nouveau pays producteur: le Ghana. Un inventeur passionné a réalisé son rêve de créer une nouvelle marque, qui compte ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    Circulation des armes : Le Palais panique

    Lu par 7418 Boytown

    Les services de sécurité de la présidence de la République sont sur le qui-vive. Ils redoutent un trafic d’armes du Mali voisin vers la Gambie et la Casamance.

    La rébellion islamiste qui sévit au nord du Mali voisin préoccupe au plus haut point la présidence de la République du Sénégal. Où on «suit régulièrement et on empile» toutes les informations en provenance de ce pays, selon une source sécuritaire. Et cette inquiétude, d’après notre interlocuteur, est liée à la porosité de la frontière entre le Sénégal et le Mali, qui favorise, toujours selon la source de Wal Fadjri, le trafic des armes de petit calibre. «Le conflit au nord du Mali intéresse de très près le Sénégal, car il ne joue pas en faveur de la paix en Casamance», révèle une source sécuritaire proche des renseignements du palais présidentiel.

    «En effet, la présidence de la République est surtout inquiète du possible trafic d’armes du nord Mali à destination de la Gambie et des rebelles casamançais. Car, il y a trop de passages entre les deux pays. Il y a certes des points de passage officiels, mais il y a également beaucoup de points de passage clandestins entre les deux pays», poursuit cet officier du renseignement. «Et les armes des rebelles pourraient facilement parvenir en Gambie ou tomber entre les mains des rebelles séparatistes via ces passages non contrôlés», renchérit la source de Wal Fadjri qui indique que l’instabilité des pays frontaliers influe sur la sécurité nationale. La preuve, dit-elle, l’exaspération ou l’accalmie du conflit en Casamance est tributaire de la situation politique en Guinée-Bissau à cause du trafic des armes entre le sud pays.

    Le nord du Mali est occupé depuis deux mois par deux groupes islamistes rebelles: Ansar dine et le mouvement de libération de l’Azawad qui ont fusionné et créé un Etat islamique dans cette partie du Mali. Il y a trois jours, la junte malienne, qui refusait jusqu’à toute intervention militaire étrangère, a sollicité une intervention militaire de la Cedeao pour chasser les rebelles touaregs islamistes.

    walf

    Lu par 7418 Boytown

    Partagez cet Article

    AC Milan : premier écart de conduite pour Mbaye Niang

    Suivant »

    10- D’où vient le sentiment de déjà vu ?