shop-ad-books copy

Comment la corruption a explosé au Sénégal

| 14.12.2012 | 0 Commentaire

Lu par 34727 Boytown

C’était un secret de polichinelle. Le magistère de Abdoulaye Wade (2000-2012) a été marqué par la mal gouvernance. L’ancien président distribuait de l’argent à tort ou à raison, au point d’être surnommé «Wade distributeur automatique du palais».

Une epression donnée par la presse sénégalaise à la suite du scandale financier impliquant un agent du FMI que le chef d’Etat a tenté de soudoyer avec une mallette remplie de quelques centaines milliers d’euros en 2009.

Aujourd’hui, le rapport du Niet, une nouvelle initiative pour l’émergence citoyenne et la transformation, qui a été publié sur l’état des finances au Sénégal donne froid dans le dos.

L’analyse du Pro­fes­seur Abdoulaye Seck de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar mesure l’impact de la corruption et le chiffre à 1.240 milliards de francs CFA, soit près de 2 milliard d’euros, rapporte Le Quotidien.

 «De 2000 à 2007, la corruption n’a pas beaucoup évolué. C’est à partir de 2007 que l’indice a connu une régression de 3,7 à 2,9, entraînant annuellement, à partir de cette période, une perte d’environ 380 milliards de francs CFA pour notre pays», informe le professeur Seck.

La corrélation entre la corruption et la croissance d’un pays est une donnée réelle, non négligeable. L’économiste souligne que la corruption, bénigne ou à outrance, entraîne une distorsion à la distribution des ressources dans les économies des pays de la sous-région.

«La corruption dé­courage l’investissement. Elle est une sur-fiscalité et par ailleurs, l’Etat ne sera jamais un acteur dans la lutte contre la corruption. Ce serait comme demander à un chauffeur de dresser le code de la route ou à un pédophile de rédiger les droits de l’enfant», argue-t-il.

Le Sénégal est aujourd’hui engagé dans la lutte contre l’enrichissement illicite. Elu en 2012, le président Macky Sall a réactivé la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) mise en veilleuse par l’ancien président Abdou Diouf (1981-2000).

Plusieurs dignitaires du régime de l’ex-président Abdoulaye Wade sont poursuivis dans les enquêtes des biens supposés mal acquis, dont ses enfants Sindiély et Karim Wade, qui ont eu à occuper de hautes fonctions durant sa présidence.

lequotidien

Lu par 34727 Boytown

Réagissez

comments

Powered by Facebook Comments

Motsclefs: ,

Categorie: MUZIC

Laissez un commentaire