shop-ad-books copy

Créer son entreprise en 2 temps 3 mouvements

| 16.12.2012 | 0 Commentaire

Lu par 125504 Boytown

Créer une entreprise au Sénégal est relativement simple et rapide. Un guichet unique a été mis en place en 2000. C’est l’Agence nationale pour la promotion de l’investissement et des grands travaux (APIX) qui regroupe dans ses locaux des représentants de chaque ministère impliqué. Le temps nécessaire pour la création de l’entreprise a donc considérablement diminué : il faut désormais entre 48 heures et une quinzaine de jours.

En matière de financement, il existe de nombreuses possibilités. Au niveau national, les banques implantées au Sénégal, les organismes de crédit-bail et de micro crédit et l’Agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises (ADEPME) peuvent accompagner les entrepreneurs. Au niveau international, la Société financière internationale (SFI), l’Agence française de développement (AFD) et sa filière Proparco proposent des appuis à l’investissement. La Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque ouest africaine de développement (BOAD) fournissent également des programmes de financement.

Précautions à prendre
Avant de se lancer dans l’aventure il est recommandé de bien se renseigner. Toute implantation suppose des études préalables. Pour se familiariser avec le marché local, rien de tel que des voyages de prospection. Il ne faut pas non plus hésiter à frapper aux portes des cabinets locaux de conseils à l’implantation, et même à sonner chez les « anciens », les entreprises déjà implantées. Ils peuvent être de très bon conseil.

Au moment de la création, il vaut mieux se tourner vers des spécialistes, avocats d’affaires et notaires reconnus, car s’il faut toujours prendre des précautions avant toute implantation, cette pratique est particulièrement valable ici. « Le Sénégal, c’est beaucoup d’informel, mêlé à un cocktail de contrôles administratifs, il faut être blindé », remarque un chef d’entreprise. Et pour cause : l’environnement des affaires n’est pas entièrement assaini et les cas d’arnaques sont encore fréquents.

 « On voit beaucoup de gens qui viennent ici et qui se cassent les dents parce qu’ils ne sont pas préparés », note un industriel.

Options possibles
Pour implanter une activité au Sénégal, il y a plusieurs alternatives. Première possibilité : créer un bureau de représentation qui n’a pas vocation commerciale et qui sert de relais entre le siège et le pays. Deuxième option : la succursale. Cette structure n’a pas de personnalité juridique et elle a vocation à exister deux ans au maximum. Ou bien, et c’est le modèle le plus répandu, la filiale de droit sénégalais. L’entreprise peut prendre plusieurs formes : SARL, SA, entreprise individuelle, groupement d’intérêt économique ou société en nom collectif.

L’appui aux entreprises est assuré par divers établissements. La Chambre de commerce offre aux opérateurs économiques une assistance en aval et joue le rôle de médiateur entre les pouvoirs publics et les acteurs privés. Trois syndicats patronaux existent au Sénégal tandis que le CIFAS (Club des investisseurs français au Sénégal) regroupe 110 entreprises.

Pour en savoir plus : 
Apix : www.investinsenegal.com
Agence française de développement : www.afd.fr
Banque ouest africaine de développement : www.boad.org
Agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises :www.adepme.sn
Banque européenne d’investissement : www.bei.org
Le service économique de l’Ambassade de France : www.ambafrance-sn.org
Investir en zone Franc : http://www.izf.net/izf/index.htm

Lu par 125504 Boytown

Réagissez

comments

Powered by Facebook Comments

Categorie: CARRIERES, ENTREPRISE

Laissez un commentaire