MARKETPLACE

  • StartupBRICS-Startup-Africa-Paris

    Ces Africains qui rentrent au pays pour mieux vivre

    Lu par 242316 Boytown2000Après une longue tradition d’émigration vers les anciens pays colonisateurs, l’heure est au retour dans de nombreux pays d’Afrique. Enquête sur les motivations de ...

    Lire
  • african-gaming-startups-750x400

    C’est en Afrique que la croissance des start-ups est la plus forte

    Lu par 189699 Boytown1000Afrique est à des années-lumières de l’Amérique du Nord où de l’Europe concernant les levées de fonds de start-ups. Dans le dernier quart de ...

    Lire
  • Kantanka-SUV

    La 1ere voiture 100% ghanéenne « la Katanka »

    Lu par 228022 Boytown0000L’industrie automobile mondiale compte un nouveau pays producteur: le Ghana. Un inventeur passionné a réalisé son rêve de créer une nouvelle marque, qui compte ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    Bac 2012: Un décalage entre la dissertation et le niveau des élèves

    Lu par 1194 Boytown

    Commis pour la correction du baccalauréat à Tambacounda, un professeur de lettres classiques dans un des établissements de Dakar qui a préféré garder l’anonymat  s’est désolé du choix fait sur le sujet de la dissertation en français. Selon lui, les sujets de dissertation en français sont loin de refléter ce qu’ils enseignent à leurs élèves. Ce qui fait que les élèves fuient le sujet portant sur la dissertation pour  celui portant sur le résumé de texte. «Je suis effaré et sidéré après avoir lu le sujet de cette année des séries S, qui est inadéquat par rapport au niveau des potaches.

      L’Offi­ce du bac a tendance depuis quelques temps à proposer en dissertation des sujets de réflexion concernant les sciences aux élèves des séries S alors que ce n’est pas ce que nous faisons en classe», s’étonne-t-il. «Nous ne faisons pas de la réflexion sur la littérature en tant que matière ou sur ses rapports avec la science ou les autres disciplines. Plutôt, nous étudions les mécanismes de la littérature pour permettre aux élèves de savoir comment se distinguent les différents types de textes. C’est pourquoi, j’en appelle à la vigilance de l’Office du bac qui doit aussi revoir la composition des commissions chargées du choix des épreuves à administrer», ajoute-t-il.

    Pour le sujet de cette année, l’enseignant indique qu’il est beaucoup plus proche de l’épistémologie que de la littérature. Donc, il est inapproprié par rapport au niveau des élèves. «Même si ce sont des sujets proposés par des collègues, l’Office du bac doit veiller à faire une bonne sélection des sujets pour qu’ils soient en phase avec ce que nous enseignons en classe, sinon les notes en français des élèves seront toujours catastrophi­ques», lance-t-il.

    lequotidien

    Lu par 1194 Boytown

    Partagez cet Article

    Poursuite des audits: Le prêche des imams encourage Macky Sall

    Suivant »

    Agriculture: La grande arnaque