LES STATS

  • em

    5% sur 100 demandeurs d’emplois sont qualifiés au Sénégal

    Lu par 16532 Boytown3200 Interpellé par ailleurs sur la lancinante question du chômage des jeunes dans le pays, Mame Mbaye Niang a reconnu sans ambages que «le ...

    Lire
  • emploi-des-jeunes

    1700 SOCIETES CREEES DEPUIS AVRIL 2014 D’APRES LES AUTORITES

    Lu par 16384 Boytown3100 Les députés ont examiné et adopté le projet de loi n°01/2015 portant réglementation du capital de la Société à responsabilité limitée (Sarl), en ...

    Lire
  • karim_wade1

    6 ans ferme, 138 milliards d’amende pour Karim Wade

    Lu par 55250 Boytown4100 Deux années après le déclenchement des poursuites contre Karim Wade et Cie, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a rendu son ...

    Lire
  • Bacheliers-Senegal

    50 % DES MENAGES SENEGALAIS N’ONT PAS ACCES AU PRIVE

    Lu par 158388 Boytown3100 Une étude réalisée par la Banque mondiale a révélé qu’au Sénégal, à cause de la pauvreté, 50 % des ménages n’ont pas accès ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    11-160-x-600

    CULTURES

  • 1926815_10152772935494211_6452030608995141838_n

    « Télé Variétés »…

    Lu par 84408 Boytown2100 Dire que le doyen Maguette Wade, le 1er animateur qui a commencé la 1ere émission musicale sur la chaîne nationale ORTS a l’époque, ...

    Lire
  • 4725051-7058364

    Yoro Ndiaye : “Je n’ai pas choisi, c’est la musique qui est venue à moi”

    Lu par 110880 Boytown4100 Yoro Ndiaye n’est désormais plus à présenter sur la scène musicale sénégalaise. A 40 ans, le natif de Mbacké a bien mûri depuis ...

    Lire
  • aaaliou-cisse

    Le Sénégal mise sur Aliou Cissé

    Lu par 105782 Boytown9100 Un accord portant sur un contrat de deux ans a été trouvé entre Aliou Cissé et la Fédération sénégalaise. La nomination de l’actuel ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus
    photo_1329396365611-1-0_0

    Expo photos: La chorégraphie des hommes en uniforme

    Lu par 4382 Boytown

    «Gardes, à vous» est le titre de l’exposition du photographe Mamadou Gomis qui se tient jusqu’au 30 mars 2013 au Pavillon de l’Institut Français Léopold SEDAR Senghor de Dakar. Un titre, on ne peut plus parlant puisque le sujet a trait aux femmes et hommes en uniforme.

    Ils ne sont pas sur le théâtre des opérations face à des casseurs ou des hooligans comme le laisserait croire notre imagination vagabonde. Le photographe Mamadou Gomis efface les confrontations de rues entre manifestants et forces de l’ordre pour transformer ces lieux en une vaste scène de théâtre pour l’une des plus belles chorégraphies.

    Encore que le qualificatif peut faire tiquer nombre d’entre nous. Disons que c’est un ballet de gestes bien ordonnancés. Le tout en noir et blanc. Voila qui permet à l’oeil de croquer dans le cru des images loin de l’assaisonnement visuel de la photo couleur.

    L’expo s’ouvre sur le mollet des gendarmettes, somme toute, viriles mais conservant leur attrait féminin. De subtiles notes de musique que foulent leurs pas s’échappent du clavier de l’asphalte pour accompagner le froufrou de leurs jupes.

    L’élégance est dans la coiffure de ces femmes-gendarmes qui paradent. Il y a de quoi émouvoir l’oeil puisque dans la fixité de l’image photographiée, Mamadou Gomis a coeur de saisir le mouvement. Il brise ainsi la vitre blindée qui sépare fixité et mouvement pour nous dire que la photographie fait s’imbriquer les deux notions et que toute fixité est rythmée par un mouvement pourvu qu’on prête attention aux choses. On resterait des heures à détailler le plissé des jupes de ces femmes de tenue et à s’attarder sur leur chignon.

    Tout à coté de cette image : Le salut militaire qui n’est pas que simple salut. Il s’inscrit dans un rituel que se plait à mettre à nu le photographe en accentuant le coté coquet, quelque peu séducteur empreint d’une certaine élégance dans l’exécution de ce geste par l’homme en uniforme. L’exposition de Mamadou Gomis est traversée non pas par un jeu d’ombre et de lumière dans la prise de vue mais par une confrontation du flou et de la netteté.

    Ainsi il ramène le personnage du second plan en premier plan en estompant celui qui est au premier plan. Il inverse la donne. Car d’ordinaire on s’attache à mettre en évidence le premier plan, le personnage qui se trouve au plus prés de l’objectif. Dans un nuage de fumée, un policier tient haut une table de fortune, l’un des pieds décollé du sol. Prend-t-il son envol ou danse-t-il avec la table ? Il y a de l’inattendu dans cette photo, un brin cocasse.

    L’exposition photos de Mamadou Gomis a la tonalité d’une magnificence des gens en uniforme qui sur le théâtre des opérations, exécutent non pas une mission mais un ballet que vient saisir l’objectif du photographe. C’est là tout l’art de la photo, celui de bousculer notre perception des choses et de l’ouvrir sur d’autres horizons.

    slate

    Lu par 4382 Boytown

    Partagez cet Article

    Interdire Youtube n’est pas une bonne idée

    Suivant »

    La deuxième université de Dakar: Pour impulser le développement des sciences et des technologies

    3 Commentaires

    1. 18.12.2014

      Im obliged for the blog article.Really looking forward to read more. Really Great.

    2. 17.12.2014

      cheap hermes crocodile bag This Content

    3. 17.12.2014

      I just want to mention I am very new to blogging and site-building and seriously savored this blog. More than likely I’m likely to bookmark your blog . You really come with impressive articles. Cheers for sharing with us your web site.

    Laissez un commentaire