.

CULTURES

  • Thione-Seck6-620x400

    Avis d’inexpert: De la légitimité à publier un ‘’document pénalement protégé’’

    Lu par 2503377 Boytown0000La légitimité contre la légalité. C’est ainsi que devrait être comprise l’initiative du journal Le Quotidien de publier l’intégralité du procès-verbal de l’enquête de gendarmerie sur ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    Faire le test Vih/Sida avec votre smartphone.. C’est possible

    Lu par 8287 Boytown

    Après les tests à domicile disponibles aux États-Unis depuis juillet dernier, des chercheurs sud-coréens et sud-africains viennent de mettre au point une application pour smartphone capable de photographier des échantillons de sang pour déterminer la présence du VIH et la pertinence de mettre en place le traitement adéquat en fonction de l’état du système immunitaire.
    De nombreuses études récentes ont montré que connaître son statut sérologique face au sida était un moyen de prévention particulièrement puissant. En effet, les personnes se sachant séropositives font plus attention aux autres et surtout en prenant leur traitement, elles sont moins contaminantes. Afin d’améliorer le dépistage, de nombreuses équipes de recherche travaillent sur de nouveaux tests permettant une réponse plus rapide et surtout un appareillage peu encombrant et moins couteux.
    C’est dans ce contexte, que Jung Kyung Kim de l’Université Kookmin (Corée du Sud) et ses collègues sud-africains ont développé un système constitué d’un petit microscope mesurant 1 millimètre, un smartphone, et une lumière qui se fixent au-dessus de la caméra de ce dernier. Il suffit ensuite de déposer une goute de sang sur une plaque de verre et de placer celle-ci devant le microscope. Après c’est à l’application, baptisée Smartscope, de prendre une photo et de faire son travail d’analyse. En quelques minutes, le téléphone mesurer le taux des cellules CD4. Cible privilégiée du VIH, cette variété de globules bancs diminue avec l’aggravation de la maladie. Ainsi, il est possible de déterminer facilement si le patient a besoin d’amorcer ou non une trithérapie.

    Lu par 8287 Boytown

    Partagez cet Article

    Ces Afro-Québécois qui veulent être députés

    Suivant »

    A Abidjan, toutes les “go” veulent devenir blanches