shop-ad-books copy

La CIA a pratiqué la torture par l’eau sur des opposants à Kadhafi (VIDEO)

| 08.09.2012 | 0 Commentaire

Lu par 983 Boytown

C’est un immense pavé qu’a jeté Human Rights Watch ( HRW) dans la mare le 6 septembre. Dans un nouveau rapport intitulé «Livrés à l’ennemi: Mauvais traitements et transfèrements extrajudiciaires d’opposants à la Libye de Kadhafi sous l’égide des Etats-Unis» (en anglais), l’organisation de défense des droits de l’homme épingle les Etats-Unis sur ses pratiques de torture.

HRW dit avoir des preuves de nouveaux cas d’utilisation par les Etats-Unis du «waterboarding», rapporte le Wasgington Post. Une technique d’interrogatoire simulant la noyade.

L’organisation accuse le gouvernement George W. Bushd’avoir dissimulé le fait que des opposants libyens vivant hors du pays aient été arrêtés et détenus sans chef d’accusation par les Etats-Unis, avec la participation du Royaume-Uni et de pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie, avant d’être remis à l’ancien dictateur libyen Mouammar Khadafi.

«Non seulement les Etats-Unis ont livré à Kadhafi ses ennemis sur un plateau, mais il semble que la CIA avait d’abord torturé bon nombre d’entre eux», a déclaré Laura Pitter, conseillère pour les questions d’antiterrorisme à HRW et auteur du rapport.

Parmi les 14 anciens détenus interrogés dans le rapport, un ancien détenu a assuré avoir été  soumis au waterboarding et un autre a décrit une forme similaire de torture par l’eau, selon le rapport.

YouTube Preview Image

«J’ai subi des interrogatoires sévères pendant trois mois lors de la première période, et chaque jour, ils me soumettaient à un type différent de torture. Parfois ils utilisaient de l’eau, parfois non. Parfois ils me déshabillaient entièrement, parfois ils me laissaient mes vêtements», a ainsi témoigné Khalid Al-Charif, qui commande aujourd’hui la Garde nationale libyenne.

Pourtant, Washington a toujours affirmé que seuls trois prisonniers, membres de Al-Quaida, avaient été soumis au waterboarding lors de leur détention par des Américains.

Ces nouvelles révélations sont basées sur des documents découverts le 3 septembre 2011, dans les bureaux de l’ancien chef des services de renseignement libyens, Moussa Koussa, après la prise de Tripoli par les forces rebelles.

«Ces documents révèlent le haut niveau de coopération qui existait entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le gouvernement de l’ancien chef Mouammar Kadhafi pour le transfèrement d’opposants de Kadhafi à la Libye», note HRW.

Mais ils mettent aussi en lumière l’échec de l’administration Bush à distinguer les islamistes présumés responsables des attaques du 11 septembre et «ceux qui sont simplement engagés dans une lutte contre le régime autoritaire de leur pays», explique The Guardian.

Human Rights Watch a demandé à Barack Obama l’ouverture d’une enquête sur les pratiques américaines en matière d’interrogatoire et de détention. Le ministre de la Justice, Eric Holder, a annoncé la fin de l’enquête la semaine dernière sur ces questions, sans annoncer d’inculpations au pénal.

slate

Lu par 983 Boytown

Comments

comments

Categorie: LU POUR VOUS

Laissez un commentaire