La suppression du Sénat «plombe» Macky

Lu par 14917 Boytown

La dissolution envisagée du Sénat n’a pas seulement tempéré les ambitions de pas mal d’acteurs politiques, « sinistrés » par le sacrifice de la chambre haute à l’autel des inondations. Elle a également abouti à restreindre, selon certains observateurs politiques, la liberté de manœuvre de Macky au sein de Bennoo Bokk Yaakar comme de son propre parti (Apr), une formation politique encore embryonnaire. L’option du « gouverner ensemble » ou du partage des responsabilités dans la gestion de l’Etat s’étant effritée avec la disparition des sièges de sénateurs « dispatchés » aux uns et aux autres.

En accédant à la magistrature suprême le 25 mars 2012, à l’issue de la deuxième alternance à la tête de l’Etat, Macky Sall s’était décidé à gouverner le Sénégal avec l’ensemble de ses alliés regroupés au sein de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar. La composition de l’attelage gouvernemental, sous conduite d’Abdoul Mbaye, comme l’élection de la douzième législature avaient permis au Président de servir à souhait ceux qui l’avaient porté au palais de la Réublique. Tous les grands partis de Bokk Yaakaar (Afp, Ps, Rewmi…) avaient été récompensés d’au moins deux ministères dans le premier gouvernement « mackyiste » avant que 54 sur les 119 postes de députation conquis par la coalition, lors des législatives du 01 juillet, ne reviennent aux alliés du leader de l’Apr.

Cette dernière ne se retrouvant qu’avec 65 députés au sein de la coalition, en somme moins que l’effectif requis pour s’assurer une majorité qualifiée au sein de l’hémicycle et voter ses lois, sans condition. Macky était allé même plus loin dans ce partage supposé du pouvoir avec ses alliés puisqu’il avait « intronisé » Moustapha Niasse, le leader de l’Afp, au perchoir. Ce qui était inédit au sein de la chambre basse : pour la première fois dans l’histoire parlementaire du Sénégal, un président d’Assemblée nationale ne faisait ainsi pas partie de la formation politique maîtresse de l’Exécutif.

Cette logique de partage du pouvoir semble aujourd’hui plombée par la suppression envisagée du Sénat, selon certains observateurs de la scène politique. Emportée par les remous des inondations qui martyrisent les Sénégalais depuis un mois, particulièrement à Dakar, la chambre haute du Parlement, décriée par une foultitude d’acteurs politiques comme par les Assises nationales, enterre également bien des dispositions de caser des alliés politiques ayant été recalés à l’épreuve de l’hémicycle. Qui plus est, la présidence de l’institution dont on supputait qu’elle était dévolue à un allié de taille dans la conquête du pouvoir, le 25 mars dernier, échappe au pseudo-partage des strapontins institutionnels. Le Sénat abritait la deuxième personnalité de l’Etat, faut-il le rappeler, après la présidence de la République.

UN GRAIN DANS LE BOKK YAAKAAR EN PARTAGE

En sacrifiant l’institution à l’autel des inondations, Macky semble rétrécir sa liberté de manœuvre au sein de Bokk Yaakaar dont beaucoup de cadres patientaient le renouvellement du Sénat pour jouir de fonctions dans l’appareil du pouvoir, après plus d’une décennie d’opposition politique contre Abdoulaye Wade. La récente sortie de Jean Paul Diaz, le leader du Bloc des centristes gaindés (Bcg), qualifiant de « fallacieux » le prétexte des inondations pour supprimer le Sénat suscite déjà moult interrogations si elle ne présage pas d’une fissure réelle au sein de Bokk Yaakaar.

Au sein de l’Alliance pour la république dont beaucoup de militants attendent leur quote-part de la victoire électorale, il semble également que des susceptibilités sont à ménager après la dissolution envisagée du Sénat qui a fait pas mal de sinistrés politiques, pas seulement du côté de l’Apr. Lors de la dernière réunion du directoire de son parti, tenue au cours du week-end, Macky Sall a ainsi annoncé la couleur devant ses camarades. « Je ne peux pas caser tout le monde. Il ne reste plus beaucoup de postes et tout le monde ne peut pas être servi », aurait déclaré le chef de l’Etat, selon la presse, lors cette séance d’explications avec les membres du directoire de l’APR sur la suppression du Sénat.

Les alliances politiques étant affaire d’intérêts partisans, des observateurs relèvent à quel point la liberté de manœuvre de Macky se resserre de plus en plus, au sein de Bokk Yakkaar comme de son propre parti, une formation encore embryonnaire et en phase de construction. De là à postuler que le président de l’Apr cherche une roue de secours avec la seule institution d’envergure qui reste à pourvoir, à savoir le Ces, il n’y a qu’un pas. Jouissant là d’une prérogative discrétionnaire de nomination (des 80 conseillers, pour le moment) et de reconfiguration (remodelage des attributions), Macky aurait là une belle carte à jouer avec une institution qui fait déjà saliver.
sudonline

Lu par 14917 Boytown

Partagez cet Article

CNRA: Les professionnels des médias prennent le pouvoir

Suivant »

Babacar Touré, Président du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra)

CULTURES

  • Finale-du-mondial-2014-lanalyse-de-Ablaye-Diaw

    Ablaye Diaw… Merci pour le service rendu doyen

    Lu par 332028 Boytown2100 Encore une fois, rendons leur hommage de leurs vivants.. et ne pas attendre qu’ils périssent pour honorer ceux qui ont vaillamment servi le ...

    Lire
  • Senegalese rapper "Pacotille" speaks on October 14, 2013 in Dakar during a press conference to present his new title "pour la verite, la justice, l'equite, la democratie et la Teranga" (For truth, Justice, fairness, Democratie and Teranga), a song to support Chad's former dictator Hissene Habre who is facing accusations of war crimes, crimes against humanity and torture during his brutal rule between 1982 and 1990. During the conferencem, Pacotille denounced African leaders' protective attitude towards the UN and the International Court of Justice (ICP). AFP PHOTO / SEYLLOU        (Photo credit should read SEYLLOU/AFP/Getty Images)

    JTR Hommage a Pacotille – Repose en paix l’artiste

    Lu par 614146 Boytown4110 4110Lu par 614146 Boytown

    Lire
  • Pacotille1-620x400

    Le rappeur Pacotille est mort. RIP

    Lu par 848899 Boytown7110 Le célèbre rappeur sénégalais Sidat Fall plus connu sous le nom de Pacotille est décédé, ce samedi matin, d’une crise cardiaque alors qu’ils ...

    Lire
  • Thione-Seck6-620x400

    Avis d’inexpert: De la légitimité à publier un ‘’document pénalement protégé’’

    Lu par 1100162 Boytown0100 La légitimité contre la légalité. C’est ainsi que devrait être comprise l’initiative du journal Le Quotidien de publier l’intégralité du procès-verbal de l’enquête de gendarmerie ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus

    LES TOPS

    Plus

    Plus
    11-120-x-600