shop-ad-books copy

Macky brandit le Code pénal

| 26.12.2012 | 0 Commentaire

Lu par 34155 Boytown

Le Chef de l’Etat, Macky Sall, ne tolérera plus «l’offense au président de la République » dont il est victime de la part des opposants libéraux qui lui en veulent d’avoir agité le dossier de l’enrichissement illicite. Tous les jours il fait l’objet d’attaques virulentes de la part des anciens dignitaires du défunt pouvoir libéral. Le Chef de l’Etat a déclaré avant-hier, samedi 22 décembre, à la cérémonie d’ouverture de l’université d’été des jeunes de l’Alliance pour la République (Apr) : «je ne permettrai plus à personne de porter atteinte à l’image du président de la République, simplement parce qu’on croit qu’on a le droit d’abuser et de porter atteinte à l’honorabilité du président de la République».

Le président de la République, Macky Sall, n’a pas mis de gants pour mettre en garde tous ceux qui l’attaquent dans les médias, notamment les libéraux. Contre ces derniers, il a brandi la Constitution et le Code pénal qui protègent contre « l’offense au chef de l’Etat ». Devant les jeunes de son parti, l’Alliance pour la République (Apr), qui étaient en session à Mbodiène (Mbour), le week-end dernier, dans le cadre de leur Université d’été, il lancera à l’endroit de ses plus farouches opposants : «Vous (les jeunes de son parti) avez enlevé à Pikine les barrières érigées contre moi dans une intolérance totale. Nous avons survécu à tous ces obstacles. Je voudrais inviter nos amis libéraux qui s’agitent à savoir que mon choix a été une démocratie apaisée. Ils savent très bien que je leur ai résisté. Aujourd’hui que j’ai le pouvoir, ce n’est pas eux qui feront reculer le gouvernement», a-t-il martelé. Et d’ajouter : «Je suis pour une démocratie apaisée, pour un dialogue républicain, mais désormais, je ne permettrai plus à personne de porter atteinte à l’image du président de la République, simplement parce qu’on croit qu’on a le droit d’abuser et de porter atteinte à l’honorabilité du président de la République». Macky Sall précise : «Je rappelle, ce n’est pas moi qui le dit, c’est la Constitution de notre pays, et le Code pénal de notre pays qui protègent contre les offenses au Chef de l’Etat. J’avais laissé faire, dorénavant, ça ne se fera plus ! »

Pour rappel, l’article 254 (loi n° 77-87 P.M. –S.G.G.-S.L. du 10 août 1977) du code pénal sénégalais, dispose : «L’offense au président de la République par l’un des moyens énoncés dans l’article 248 [la radiodiffusion, la télévision, le cinéma, la presse, l’affichage, l’exposition, la distribution d’écrits ou d’images de toutes natures, les discours, chants, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, et généralement tout procédé technique destiné à atteindre le public] est punie d’un emprisonnement de six mois à deux ans et d’une amende de 100 000 à 1 500 000 francs ou de l’une de ces deux peines seulement. Les peines prévues à l’alinéa précédent sont applicables à l’offense à la personne qui exerce tout ou partie des prérogatives du Président de la République».

En effet, depuis que le Chef de l’Etat, Macky Sall a agité le sabre de la traque de l’enrichissement illicite, les dignitaires du défunt régime font dans la menace, la délation et l’injure contre l’institution qu’est le président de la République et son équipe gouvernementale. La dernière en date est la sortie de l’ex ministre de la justice du régime de Wade, Me Amadou Sall parlant de pratiques occultes.

lequotidien

Lu par 34155 Boytown

Réagissez

comments

Powered by Facebook Comments

Motsclefs: ,

Categorie: MUZIC

Laissez un commentaire