LES STATS

  • em

    5% sur 100 demandeurs d’emplois sont qualifiés au Sénégal

    Lu par 11384 Boytown Interpellé par ailleurs sur la lancinante question du chômage des jeunes dans le pays, Mame Mbaye Niang a reconnu sans ambages que «le ...

    Lire
  • emploi-des-jeunes

    1700 SOCIETES CREEES DEPUIS AVRIL 2014 D’APRES LES AUTORITES

    Lu par 11298 Boytown Les députés ont examiné et adopté le projet de loi n°01/2015 portant réglementation du capital de la Société à responsabilité limitée (Sarl), en ...

    Lire
  • karim_wade1

    6 ans ferme, 138 milliards d’amende pour Karim Wade

    Lu par 50948 Boytown Deux années après le déclenchement des poursuites contre Karim Wade et Cie, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a rendu son ...

    Lire
  • Bacheliers-Senegal

    50 % DES MENAGES SENEGALAIS N’ONT PAS ACCES AU PRIVE

    Lu par 154131 Boytown Une étude réalisée par la Banque mondiale a révélé qu’au Sénégal, à cause de la pauvreté, 50 % des ménages n’ont pas accès ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    11-160-x-600

    CULTURES

  • 1926815_10152772935494211_6452030608995141838_n

    « Télé Variétés »…

    Lu par 79285 Boytown Dire que le doyen Maguette Wade, le 1er animateur qui a commencé la 1ere émission musicale sur la chaîne nationale ORTS a l’époque, ...

    Lire
  • 4725051-7058364

    Yoro Ndiaye : “Je n’ai pas choisi, c’est la musique qui est venue à moi”

    Lu par 106586 Boytown Yoro Ndiaye n’est désormais plus à présenter sur la scène musicale sénégalaise. A 40 ans, le natif de Mbacké a bien mûri depuis ...

    Lire
  • aaaliou-cisse

    Le Sénégal mise sur Aliou Cissé

    Lu par 101521 Boytown Un accord portant sur un contrat de deux ans a été trouvé entre Aliou Cissé et la Fédération sénégalaise. La nomination de l’actuel ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus

    Macky brandit le Code pénal

    Lu par 34341 Boytown

    Le Chef de l’Etat, Macky Sall, ne tolérera plus «l’offense au président de la République » dont il est victime de la part des opposants libéraux qui lui en veulent d’avoir agité le dossier de l’enrichissement illicite. Tous les jours il fait l’objet d’attaques virulentes de la part des anciens dignitaires du défunt pouvoir libéral. Le Chef de l’Etat a déclaré avant-hier, samedi 22 décembre, à la cérémonie d’ouverture de l’université d’été des jeunes de l’Alliance pour la République (Apr) : «je ne permettrai plus à personne de porter atteinte à l’image du président de la République, simplement parce qu’on croit qu’on a le droit d’abuser et de porter atteinte à l’honorabilité du président de la République».

    Le président de la République, Macky Sall, n’a pas mis de gants pour mettre en garde tous ceux qui l’attaquent dans les médias, notamment les libéraux. Contre ces derniers, il a brandi la Constitution et le Code pénal qui protègent contre « l’offense au chef de l’Etat ». Devant les jeunes de son parti, l’Alliance pour la République (Apr), qui étaient en session à Mbodiène (Mbour), le week-end dernier, dans le cadre de leur Université d’été, il lancera à l’endroit de ses plus farouches opposants : «Vous (les jeunes de son parti) avez enlevé à Pikine les barrières érigées contre moi dans une intolérance totale. Nous avons survécu à tous ces obstacles. Je voudrais inviter nos amis libéraux qui s’agitent à savoir que mon choix a été une démocratie apaisée. Ils savent très bien que je leur ai résisté. Aujourd’hui que j’ai le pouvoir, ce n’est pas eux qui feront reculer le gouvernement», a-t-il martelé. Et d’ajouter : «Je suis pour une démocratie apaisée, pour un dialogue républicain, mais désormais, je ne permettrai plus à personne de porter atteinte à l’image du président de la République, simplement parce qu’on croit qu’on a le droit d’abuser et de porter atteinte à l’honorabilité du président de la République». Macky Sall précise : «Je rappelle, ce n’est pas moi qui le dit, c’est la Constitution de notre pays, et le Code pénal de notre pays qui protègent contre les offenses au Chef de l’Etat. J’avais laissé faire, dorénavant, ça ne se fera plus ! »

    Pour rappel, l’article 254 (loi n° 77-87 P.M. –S.G.G.-S.L. du 10 août 1977) du code pénal sénégalais, dispose : «L’offense au président de la République par l’un des moyens énoncés dans l’article 248 [la radiodiffusion, la télévision, le cinéma, la presse, l’affichage, l’exposition, la distribution d’écrits ou d’images de toutes natures, les discours, chants, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, et généralement tout procédé technique destiné à atteindre le public] est punie d’un emprisonnement de six mois à deux ans et d’une amende de 100 000 à 1 500 000 francs ou de l’une de ces deux peines seulement. Les peines prévues à l’alinéa précédent sont applicables à l’offense à la personne qui exerce tout ou partie des prérogatives du Président de la République».

    En effet, depuis que le Chef de l’Etat, Macky Sall a agité le sabre de la traque de l’enrichissement illicite, les dignitaires du défunt régime font dans la menace, la délation et l’injure contre l’institution qu’est le président de la République et son équipe gouvernementale. La dernière en date est la sortie de l’ex ministre de la justice du régime de Wade, Me Amadou Sall parlant de pratiques occultes.

    lequotidien

    Lu par 34341 Boytown

    Partagez cet Article

    Senegalaiseries – Inoubliable premier bal de 31 décembre

    Suivant »

    Traque des biens mal acquis: Une forte demande sociale

    Laissez un commentaire