shop-ad-books copy

Mali: Vers un « nettoyage ethnique » du nord?

| 24.01.2013 | 0 Commentaire

Lu par 493 Boytown

«Je n’ai aucune nouvelle, je m’inquiète vraiment» lâche Abdallah à l’autre bout du téléphone, la voix fébrile.

«Depuis 3 ou 4 jours,  le réseau ne passe plus avec le nord. Je ne sais pas comment va ma famille, ce qu’ils vivent» explique le jeune touareg, exilé depuis maintenant dix mois à Bamako, la capitale du Mali.

Il a fui, comme tant d’autres, les épisodes douloureux de la prise du Nord-Mali par les mouvements islamistes et les indépendantistes touaregs du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) au printemps 2012. Après avoir pu maintenir le contact pendant de longues, trop longues semaines avec sa famille restée au nord, les nouvelles se sont faites de plus en plus rares. Et désormais, plus rien.

Il faut dire que sa crainte s’est accentuée depuis l’intervention militaire franco-malienne, et les témoignages dont il a eu vent  ces derniers jours. Même s’il soutient pour sa part l’initiative de la guerre, il redoute aujourd’hui les exactions commises par l’armée malienne.

Des images de corps à peine enterrés et des témoignages de véritable chasse à l’homme, où des puits servent désormais à entasser les cadavres de supposés djihadistes, arrivent peu à peu du front, notamment de Sévaré au centre du pays. Autant de nouvelles inquiétantes pour les populations, qui craignent désormais de possibles exactions contre les communautés touaregs, maures et arabes présentes au Nord-Mali.

L’un des puits de Sévaré où sont entassés les corps des djihadistes présumés. Capture écran JT France 2 22/01

«Cela fait cinquante ans que l’armée malienne commet des exactions dans le nord»

Pour l’historien Pierre Boilley, directeur du Centre d’Etudes des Mondes Africains (Cémaf) et spécialiste des Touaregs du Mali, les exactions commises par l’armée malienne à Sévaré ne sont pas une surprise.

«En tant qu’historien, j’observe les actions de l’armée malienne depuis les années 1960, et de fait cela fait 50 ans que l’armée malienne commet des exactions dans le nord. Celles qui ont eu lieu pendant la révolte touareg de 1963-64, puis celles de 1990, et aujourd’hui aussi».

Une situation qui est due selon lui à plusieurs raisons, comme par exemple le manque de formation de l’armée malienne, «qui n’est pas très portée sur la question des droits de l’Homme».

«Le second problème est qu’elle (l’armée malienne ndlr) est composée très majoritairement de gens du sud. Et je crois que chez certains éléments, un racisme existe au sein de cette armée contre les gens du nord, et surtout un amalgame entre les rebelles, les salafistes et ceux qui ont la peau blanche pour faire court.»

Au-delà de la seule armée malienne, le problème du rejet entre nord et sud touche aussi la société malienne dans son ensemble. Début février 2012 déjà, une marche de protestation contre la prise d’Aguelhok par le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) avait dégénéré à Bamako.

«Des débordements ont eu lieu, on a échappé de peu au pogrom contre les Touaregs, heureusement qu’il n’y a pas eu de morts. Mais la réaction des «peaux blanches», Arabes et Touaregs, a été significative de la peur qui règne : en quelques jours, toute cette population est partie de Bamako pour se réfugier dans les pays voisins» rappelle Pierre Boilley.

Le MNLA craint un véritable «nettoyage ethnique» au Nord-Mali

Le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), qui avait déclaré l’indépendance du nord du Mali au mois d’avril 2012, craint qu’aujourd’hui l’armée malienne ne se venge de sa défaite de l’année dernière, en multipliant les exactions et dérapages à l’encontre les populations présentes au Nord-Mali. Une occasion de laisser exploser son désir de revanche, face à des Touaregs qu’elle accuse d’avoir mis le pays en péril.

«Le Mali et son armée ont déjà interprété la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU (résolution 2085 qui a donné son feu vert à l’opération Serval ndlr) comme un blanc-seing pour  opérer un nettoyage ethnique  dans l’Azawad (Nord-Mali)» affirme de cette manière Hamma Ag Mahmoud, responsable des relations internationales au MNLA.

Selon lui, tout a été mis en œuvre depuis le début de la crise pour faire l’amalgame entre les islamistes et les Touaregs qui vivent au nord du pays. «On a observé depuis la débâcle de l’armée  malienne, que les pouvoirs publics à Bamako ont transformé  la Radio Mali, la télévision  nationale (ORTM) et les journaux en instruments de haine et de propagandes raciales et ethniques

Bien qu’il juge «l’intervention contre le terrorisme nécessaire», Hamma Ag Mahmoud accuse la France de porter une part de responsabilité dans les exactions commises aujourd’hui par l’armée malienne.

«L’intervention française  a eu pour conséquences des meurtres et exactions en série (…) Il est certain que la note à payer aujourd’hui sera infiniment plus lourde, et la France, quoi qu’on en dise, portera la coresponsabilité des crimes commis pendant l’intervention.» poursuit le responsable du MNLA.

Nord et sud du Mali, une mésentente insurmontable?

Comment le Mali peut-il sortir de l’impasse? Pour beaucoup, il ne suffira pas de reconquérir le nord pour que les problèmes disparaissent du jour au lendemain. Car la césure entre nord et sud provoque régulièrement des tensions politiques et militaires, et ce depuis l’indépendance de 1960.

Face à l’échec relatif des différents pactes et accords qui ont été signés suite aux révoltes Touaregs des années 1960 et celles des années 1990 et 2000, l’historien Pierre Boilley explique que la seule solution durable se fera avec l’ensemble de la communauté internationale.

«Il faudra bien qu’un jour où l’autre, tout le monde se mette autour de la table et discute des problèmes relatifs au nord du Mali. Tout le monde, c’est à dire l’ensemble des communautés du nord, les populations du sud, l’Etat (sans militaires putschistes…) et qu’on trouve un arrangement institutionnel durable sous l’égide et la garantie de la communauté internationale. Il n’y a pas d’autres possibilités pour que le problème ne ressurgisse un moment ou un autre

Reste à savoir quel pourrait être le rôle de la France dans ce processus, qui se borne pour l’instant à vouloir aider le Mali à recouvrer son intégrité territoriale. Un premier pas qui, à lui seul, ne suffira pas.

«Pour sortir de l’impasse, et que le Mali recouvre son intégrité, il faut effectivement commencer par évincer les salafistes du jeu (…) Outre la France, il faut que toute la communauté internationale s’implique, que les pays africains aussi, notamment les voisins du Mali, décident de se mettre ensemble autour de la table des négociations. Une large conférence sur le nord du Mali est nécessaire. »

slate

Lu par 493 Boytown

Réagissez

comments

Powered by Facebook Comments

Motsclefs: ,

Categorie: MUZIC

Laissez un commentaire