Momar Nguer, le Sénégalais de Total

Lu par 34177 Boytown

Né au Sénégal, Momar Nguer, le directeur marketing et distribution pour l’Afrique et le Moyen-Orient, est le premier Africain à accéder à un tel niveau de responsabilité au sein du groupe français Total.  Dans le célèbre quartier des affaires de Paris-la Défense, il occupe désormais un bureau au sixième étage de la tour Michelet, plus haute que toutes celles qui auraient pu l’accueillir à Dakar. Depuis le 1er janvier, Momar Nguer, Franco-Sénégalais de 55 ans né à Thiès, est le nouveau directeur de la branche marketing et distribution pour l’Afrique et le Moyen-Orient de la valeur numéro un du CAC 40, Total.

C’est la première fois que la compagnie pétrolière (12 milliards d’euros de bénéfices en 2011) nomme un Africain à un tel niveau de responsabilité : 4 400 stations-service (dont 3 500 en Afrique) et 7 400 salariés sont sous son commandement.  Entré dans le groupe en 1984 après avoir passé deux années comme trésorier devises chez Hewlett-Packard France, Momar Nguer avait, à l’époque, longtemps hésité. L’environnement « compassé » de l’ancien siège de Total Afrique, rue de la Pépinière à Paris, et de ses occupants tranchait avec l’univers des nouvelles technologies dans lequel il gravitait. On lui a assuré qu’il prendrait rapidement des responsabilités en Afrique.

« Lorsque j’ai entendu la joie de mes parents, au Sénégal [où son père était parlementaire, NDLR], j’ai compris que je ne pouvais pas refuser ! » lâche-t-il.  Moins de un an après son arrivée, il fait ses armes au sein de la filiale camerounaise. Un test qui le conduira bientôt à Dakar pour prendre la direction commerciale de Total Sénégal. « Bien plus tard, en lisant mon dossier, j’ai compris que la direction n’était pas sûre de mon succès. Il était écrit : “Saura-t-il vivre en Afrique ?” C’est extraordinaire ! » Les craintes sont vite écartées, il s’impose facilement. « Je parle wolof sans accent. Je m’en suis servi dès la première réunion, ce qui a mis tout le monde d’accord.»

Ses attaches lui permettent même d’aborder certains sujets (notamment avec les autorités) que son directeur général, Français expatrié, ne pouvait évoquer. « Et puis j’ai senti une vraie solidarité : tous avaient finalement envie de m’aider à réussir. »  De retour au siège, à Paris, en 1991, il est pressenti en 1994 pour prendre la direction du réseau en Afrique du Sud, au crépuscule de l’apartheid… « Nous nous attendions à ce que les syndicats blancs y soient opposés. Mais nous étions loin d’imaginer que les syndicats noirs le seraient aussi ! » Leur argument : si Total nomme un Noir, pourquoi pas un Sud-Africain ? Le groupe recule, et Momar Nguer retrouve la filiale Cameroun, dont il prend la direction générale en 1995.  Anicroches  Les a-priori ne le quitteront que rarement.

Au Kenya, où il est propulsé deux ans plus tard, on le considère comme un « West African », sous-entendu : un Nigérian, origine guère appréciée dans cette partie du continent. Ce binational connaîtra aussi quelques anicroches lors de ses fréquents déplacements depuis Paris, lorsqu’il prend la direction marketing et raffinage de la zone Afrique de l’Est et océan Indien en 2000 : « Au Zimbabwe, je me suis retrouvé bloqué à l’aéroport parce que j’avais mon passeport sénégalais et pas de visa… Mon passeport français m’aurait facilité l’accès, à cette époque ! » Explique-t-il.  Ses ambitions aujourd’hui ?

Poursuivre le développement du groupe, bien sûr (Égypte, Algérie et Arabie saoudite notamment), mais surtout « faire de Total l’une des trois entreprises préférées des jeunes diplômés africains ». Mise en place d’un régime de retraite attractif et offre d’opportunités mondiales sont notamment les arguments qu’il compte développer. Il nourrit aussi un rêve : apporter la lumière à 3 millions d’Africains dans les zones rurales d’ici à 2020. Comment ? En profitant du maillage de Total pour faire parvenir de petites lampes solaires bon marché (entre 10 et 15 euros). « Nous sommes un groupe énergétique, on gagne de l’argent. Si nous montrons la voie, peut-être que d’autres nous suivront. »

Jeuneafrique.com

Lu par 34177 Boytown

Partagez cet Article

Ali Haïdar: Ministre de l’Ecologie et de la Protection de la nature

Suivant »

CPI: après Taylor, à qui le tour?

1 Commentaire

  1. 17.12.2014

    I simply want to mention I’m all new to blogging and site-building and actually loved this web page. Almost certainly I’m planning to bookmark your site . You definitely have perfect writings. Thanks for revealing your web page.

Laissez un commentaire

LU AILLEURS

  • Senegal Election Rules

    BRUTALITE POLICIERE, TORTURE, IMPUNITE…ENCORE DES EFFORTS A FAIRE SELON AMNESTY

    Lu par 34709 Boytown Le rapport annuel de l’ONG Amnesty international présenté hier révèle plusieurs manquements dans le respect des libertés individuelles au Sénégal. La situation des ...

    Lire
  • 7241395-11120294

    ”Chaque jour vers l’enfer nous descendons d’un pas.”

    Lu par 34188 Boytown Charles Baudelaire ; Les fleurs du mal (1857) Ce n’est point un conte de fée pour adulte, mais la réalité crue. Ces mots ...

    Lire
  • image44

    Le pouvoir des sorciers blancs

    Lu par 108395 Boytown L’émission Enquêtes de foot sur Canal+ a consacré un reportage sur la place occupée par les entraîneurs européens, notamment français, sur le continent ...

    Lire
  • emploi-au-senegal-chomage-642x418

    Sénégal: L’insoluble problématique de l’emploi des jeunes

    Lu par 119251 Boytown « Un travailleur qui ne peut pas trouver d’emploi est un personnage infiniment plus tragique que n’importe quel Hamlet ou Œdipe. » John Morley La ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    11-160-x-600

    OPINION

  • 3423851-4925477

    Que deviendrait le Sénégal si Me Wade était réélu en 2012 ?

    Lu par 14803 Boytown « Le sage a honte de ses défauts, mais n’a pas honte de s’en corriger » Cette question, chaque Sénégalais conscient, responsable et ...

    Lire
  • SENEGAL-VOTE-OPPOSITION-SALL

    Pourquoi l’annonce du référendum comme ci-après et en 2016, par le président de la République?

    Lu par 151794 Boytown « Les sénégalais seront appelés aux urnes en 2016 pour se prononcer sur la réduction ou non du mandat du président Macky Sall de ...

    Lire
  • kolda-2

    Décentralisation rationnelle et viable Oui, mais non à la prolifération des collectivités locales  sur des bases politiciennes.

    Lu par 329203 Boytown Il est indéniable et absolument vrai, que l’objectif principal et le but essentiel visé par la décentralisation, c’est parfaitement, de rapprocher l’administration le ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus