LES STATS

  • em

    5% sur 100 demandeurs d’emplois sont qualifiés au Sénégal

    Lu par 1912 Boytown Interpellé par ailleurs sur la lancinante question du chômage des jeunes dans le pays, Mame Mbaye Niang a reconnu sans ambages que «le ...

    Lire
  • emploi-des-jeunes

    1700 SOCIETES CREEES DEPUIS AVRIL 2014 D’APRES LES AUTORITES

    Lu par 1923 Boytown Les députés ont examiné et adopté le projet de loi n°01/2015 portant réglementation du capital de la Société à responsabilité limitée (Sarl), en ...

    Lire
  • karim_wade1

    6 ans ferme, 138 milliards d’amende pour Karim Wade

    Lu par 42971 Boytown Deux années après le déclenchement des poursuites contre Karim Wade et Cie, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a rendu son ...

    Lire
  • Bacheliers-Senegal

    50 % DES MENAGES SENEGALAIS N’ONT PAS ACCES AU PRIVE

    Lu par 146200 Boytown Une étude réalisée par la Banque mondiale a révélé qu’au Sénégal, à cause de la pauvreté, 50 % des ménages n’ont pas accès ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    11-160-x-600

    CULTURES

  • 1926815_10152772935494211_6452030608995141838_n

    « Télé Variétés »…

    Lu par 69893 Boytown Dire que le doyen Maguette Wade, le 1er animateur qui a commencé la 1ere émission musicale sur la chaîne nationale ORTS a l’époque, ...

    Lire
  • 4725051-7058364

    Yoro Ndiaye : “Je n’ai pas choisi, c’est la musique qui est venue à moi”

    Lu par 98582 Boytown Yoro Ndiaye n’est désormais plus à présenter sur la scène musicale sénégalaise. A 40 ans, le natif de Mbacké a bien mûri depuis ...

    Lire
  • aaaliou-cisse

    Le Sénégal mise sur Aliou Cissé

    Lu par 93547 Boytown Un accord portant sur un contrat de deux ans a été trouvé entre Aliou Cissé et la Fédération sénégalaise. La nomination de l’actuel ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus
    images

    NON ce n’est pas le chemin

    Lu par 13962 Boytown

    Le chef de l’Etat a réuni à la Salle des banquets du palais de la République, jeudi 7 février, les directeurs généraux des structures publiques affiliées à sa formation politique, l’Alliance pour la République (Apr), ainsi que deux autres alliés pour, entre autres directives, les avertir de ce que, ce qui est valable pour les ministres l’est aussi pour eux. A savoir « celui qui perd sa localité perd son poste ».

    Par cette mise en demeure, le Président Macky Sall, outre le lieu choisi pour cette réunion partisane, s’est révélé sous un jour différent de ses promesses de campagne. Il s’est plutôt inscrit dans le sillage de son prédécesseur en voulant tout subordonner au calcul politique. Ainsi donc, les directeurs de société risquent d’être remerciés parce qu’ils ne seront pas descendus sur le terrain politique et n’auront pas gagné leurs localités. C’est une voie ouverte au détournement d’objectifs puisqu’on les encourage à utiliser les moyens mis à leurs dispositions, notamment les  voitures de service, les bons d’essence, les chauffeurs, à des fins politiques et partisanes.

    Comment comprendre que de telles missions soient dévolues aux directeurs de société au moment où, précisément, la question de la traque des biens mal acquis est posée comme une priorité absolue. La contradiction est on ne peut plus évidente  pour la simple raison que la directive de Macky Sall est une incitation à se servir des positions de pouvoir pour des objectifs partisans. Et l’on sait que c’est cette posture qui ouvre grandement les portes de la mauvaise gestion, de la gabegie et de la concussion. Après cette directive présidentielle, « la patrie avant le parti » tant clamée par Macky Sall se révèle une profession de foi à géométrie variable. Le slogan de la campagne électorale en prend un sacré coup. La « patrie avant le parti » (Ndlr : Voir l’Observateur du vendredi 8 février dernier) devenant ainsi le parti avant la patrie.

    Oubliant qu’il est le Président de tous les Sénégalais, Macky Sall a revêtu les habits de chef de parti. Et c’est bien regrettable puisqu’il n’a pas été élu pour cela et que les espérances placées en lui par ceux et celles qui l’ont porté à la magistrature suprême dépassent ces petits calculs. C’est bien la preuve que le président de la République doit se conformer aux recommandations des Assises nationales en se débarrassant de sa casquette de chef de parti. L’expérience a montré que cette confusion des rôles était grosse de dérives.

    Il serait donc plus inspiré, quoi qu’en pensent les courtisans, de voir son parti désigner une autre personne à sa tête, susceptible de s’en occuper exclusivement. Le chef de l’Etat doit se mettre par contre, totalement et exclusivement, au service des Sénégalais. Ce qui est attendu de lui, de son gouvernement et des directeurs généraux des établissements, c’est de travailler pour les Sénégalais et les Sénégalaises sans distinction politique, raciale ou religieuse. On comprend bien qu’une telle disposition d’esprit ne peut être au rendez-vous si le président de la République ne fait que penser à un deuxième mandat au lieu de se consacrer à la réalisation des engagements.

    Qu’il veuille être réélu peut se comprendre, est légitime pour peu qu’un tel désir s’inscrive dans ce que dit la Constitution. Sans compter qu’il ne faut pas se tromper de chemin : celui des réponses concrètes à apporter aux attentes des populations.

    Les jeunes qui constituent plus de la moitié des 12 millions de Sénégalais rêvent de pouvoir s’en sortir. Elèves et étudiants veulent pouvoir bénéficier d’un bon enseignement et d’une bonne formation qui puisse leur offrir des opportunités d’emplois. Les travailleurs conjoncturés veulent voir une amélioration de leur pouvoir d’achat. Dans les régions, les populations  rêvent de pouvoir travailler, se nourrir et se soigner sur leurs terres sans se retrouver confrontés à l’urgence de migrer sur Dakar et d’y vivre dans des conditions de grande précarité. En somme, elles veulent que leurs zones souvent délaissées soient transformées en des pôles de développement.

    Il se développe aujourd’hui une conscience citoyenne qui est en avance sur une certaine vision qui croit qu’avec l’argent, il est possible de tout faire. Les gens comprennent de plus en plus qu’il vaut mieux être autonomes que dépendants. C’est pourquoi tout le discours autour d’un déficit de communication pour expliquer l’absence d’adhésion des populations aux mesures gouvernementales pêche par quelques endroits.

    La meilleure communication, ce sont les actions menées sur le terrain pour transformer le quotidien des populations, notamment  les plus  démunies. Les actions engagées pour assurer un mieux être. Ce n’est pas mobiliser les télévisions, les radios et les journaux pour dire à satiété que le gouvernement a fait ceci ou cela qui changera le cours des choses. Bien au contraire, c’est à l’aune des réponses concrètes apportées aux attentes des populations que va s’apprécier la gouvernance de Macky Sall. C’est pourquoi, au moment où il est question de rendre difficile les biens mal acquis, le chemin indiqué aux directeurs des établissements publics n’est assurément pas le meilleur des chemins.

    sudonline

    Lu par 13962 Boytown

    Partagez cet Article

    La deuxième université de Dakar: Pour impulser le développement des sciences et des technologies

    Suivant »

    Université: 35 000 bacheliers frappent a la porte de l’UCAD

    Laissez un commentaire