shop-ad-books copy

Prince Sam, E-entrepreneur: J’aurais bien voulu que les jeunes se servent du web pour mieux s’informer et s’éduquer. Mais tel n’est pas le cas

| 20.06.2012 | 0 Commentaire

Lu par 802 Boytown

Prince Sam aka Moussa comment vas-tu ?
je vais bien Mister aw et toi?

Serais tu prince d’un royaume que l’on ne connait pas ? Pourquoi le surnom Prince ?
hahaha je le souhaite un jour mais en fait je me suis donne ce surnom juste pour être différent surtout dans le style mais je garde mon identité unique et authentique.

T’habites a Washington DC depuis quelques années. Qu’y fais tu ?
Oui je suis a DC cela fait presque une année. Auparavant j’étais a New York dans le cadre de ma formation académique. Je suis un jeune professionnel travaillant dans une compagnie spécialisée dans le développement de produits logiciels et des solutions e-Commerce. Je fais partie d’une équipe très dynamique de développeur et d’analystes et nous développons des produits visant a changer ce monde.

 Tu as été récemment mentionne dans le prestigieux « Washington Post », c’était a quel propos ?
Oui en fait notre équipe a eu a participe a plusieurs rencontres avec les acteurs du monde technologique communément appelés “Tech Meetups”.  C’est dans ce cadre que le Washington Post est venu nous rendre visite pour comprendre notre vision. Dans l’article ils ont parle de la révolution technologique et comment nos produits pouvaient être des “Game Changers” c’est-a-dire des outils incontournables a l’évolution de ce monde.

On te voit très actif sur la toile, mais aussi dans tes propres affaires. Quel genre d’entrepreneur est tu ?
Oui en fait très tôt j’ai eu cet esprit d’entreprendre, de travailler pour moi.. bref de conquérir le monde. J’ai une vision claire en tant que jeune et c’est d’augmenter l’utilisation de l’outil technologique sous diverses formes pas seulement dans mon pays le SENEGAL mais aussi en Afrique et pourquoi pas ailleurs dans le monde parce que je vis la Globalisation. J’ai mille et un projets juste pour vous dire que y’en a beaucoup mais j’y vais un par un.

Avec un Ami qui est en Chine,  et on a cree une entreprise  «  Marshall Trading », spécialisée dans l’échange de matières premières et de produits énergétiques. Je suis aussi intéressé par la finance et  la bourse, bref je suis dans beaucoup de choses, comme ils disent ici « MONEY NEVER SLEEPS :.

On parle beaucoup de Web et de l’apport des développeurs comme toi qui peuvent faire la différence en Afrique. Quelle est ta lecture du Web africain ?
Oui le buzz du web est énorme avec l’apport non négligeable des développeurs africains qui sont a encourager. Cependant il y a encore du boulot a faire. La plupart des pays africains affichent un taux d’accès aux services Internet extrêmement faible comparativement au reste du monde. C’est  du au cout élevé de la connexion. Donc a mon avis pour y pallier, il faudrait encore plusieurs réseaux internationaux a haute capacité comme l’exemple de la SONATEL…

On a l’impression nous observateurs qu’il en existe certainement des milliers de Sénégalais comme toi, qui ont la connaissance mais qui n’en font pas du tout profiter leur pays. Par exemple quelque chose comme le GPS ou la tablette médicale qu’un jeune camerounais vient de mettre sur le marche. Ta réponse ?
Permets moi d’abord de saluer cette innovation africaine avec la tablette médicale, cela prouve encore que le potentiel existe. Nous voulons bien faire des choses et en faire profiter notre pays mais c’est la jonction de plusieurs éléments qui fait qu’un produit explose sur un marche. Il faut surtout éduquer les Sénégalais sur l’importance de ces outils technologiques indispensables pour le développement d’un pays.

Récemment j’ai un lu un document de la Banque Mondiale qui disait que “76% des adultes en Afrique n’ont pas de compte bancaire”, c’est quand même difficile dans ces conditions parce que dans le monde actuel,  tout se fait en ligne. Les gouvernants aussi doivent jouer leur partition en accompagnant les jeunes entrepreneurs par un financement et attirer aussi les investisseurs…

On assiste quand même de plus en plus a une montée du web sénégalais a travers la forte présence dans les réseaux sociaux etc…
Oui avec les phénomènes Facebook, twitter etc….Mais je suis désolé de dire qu’il y a beaucoup de perversion sur le web sénégalais et c’est désolant. J’aurais bien voulu que les jeunes se servent de ces outils pour mieux s’informer et s’éduquer mais tel n’est pas le cas.

La faute a qui…..je ne sais pas???? En tout cas ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que l’internet est un réseau public,  et tout utilisateur est responsable de son usage.

Tu as étudié ici en Amérique. Quelle différence fais tu par rapport a l’enseignement de l’informatique au pays. Le retard est-il insurmontable ?
Il y a une différence. Je pense qui dit Informatique dit Création, Découverte…Ici on se focalise sur la pratique, facilitée par les laboratoires et les centres de recherches. On t’apprend aussi la culture entrepreneuriale alors qu’au Sénégal,  c’est  plutôt l’enseignement général qui nous retarde un peu…Mais le retard n’est pas insurmontable, nous devons juste nous adapter a la marche du monde…

Où vois-tu le web Sénégalais d’ici 15 ans ?
Le web sénégalais est prometteur, l’usage des outils technologiques n’est plus un apprentissage pour beaucoup avec les ordinateurs et les téléphones 3G. Le E-commerce via  Pc et mobile sont le futur de ce pays …Il y a de belles perspectives, trust me.

Dernier mot?
Merci de me donner l’occasion de m’exprimer dans le Mag du Boytown. C’est toujours un plaisir d’échanger avec toi. Le Boytown Groupe, vous faites du bon boulot en nous donnant des informations qui nous sont utiles. Vous participez a votre manière au développement de ce pays. Je souhaite que ce pays qu’on aime tant aille de l’avant et que chaque Sénégalais puisse s’épanouir et être fiers de son pays, et de lui même.

Peace

Lu par 802 Boytown

Réagissez

comments

Powered by Facebook Comments

Categorie: JEVOTE

Laissez un commentaire