MARKETPLACE

  • StartupBRICS-Startup-Africa-Paris

    Ces Africains qui rentrent au pays pour mieux vivre

    Lu par 208646 Boytown2000Après une longue tradition d’émigration vers les anciens pays colonisateurs, l’heure est au retour dans de nombreux pays d’Afrique. Enquête sur les motivations de ...

    Lire
  • african-gaming-startups-750x400

    C’est en Afrique que la croissance des start-ups est la plus forte

    Lu par 156549 Boytown1000Afrique est à des années-lumières de l’Amérique du Nord où de l’Europe concernant les levées de fonds de start-ups. Dans le dernier quart de ...

    Lire
  • Kantanka-SUV

    La 1ere voiture 100% ghanéenne « la Katanka »

    Lu par 195213 Boytown0000L’industrie automobile mondiale compte un nouveau pays producteur: le Ghana. Un inventeur passionné a réalisé son rêve de créer une nouvelle marque, qui compte ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    DB1A10AD-5857-44F7-9921-EBA81541193A_w640_r1_s

    Qui peut arrêter le Michael Scofield sénégalais?

    Lu par 24402 Boytown

    Il n’y a pas que Michael Scofield, sex-symbol de la série à succès Prison Break, à être doué en évasion. Amadou Lamine Ndiaye, un jeune détenu sénégalais est également maître en la matière. A quatre reprises, il a réussi s’échapper des prisons où il était en détention, rapportePressafrik.

    La notoriété de ce jeune prisonnier dépasse les frontières sénégalaises. Surnommé le «Michael Scofield sénégalais», ses talents sont aussi connus en Gambie où il a réussi à déjouer la vigilance de ses gardes pénitenciers.

    Qui est ce prisonnier de 34 ans bien connu du milieu carcéral? Le Quotidien dresse le portrait de ce jeune au parcours sulfureux.

    Ama­dou Lamine Ndiaye est né à Saint Louis, dans le Nord du Sénégal en 1978. Marié et père de deux enfants, il était commerçant et tenait boutique dans un célèbre marché de la capitale, Colobane.

    Ses ennuis judiciaires débutent très tôt. De petits larcins l’ont conduit en prison très jeune, alors qu’il n’était âgé que de 15 ans. Ensuite il a été condamné en Gambie à deux reprises pour recel d’objets volés à 7 ans et 6 mois de prison ferme.

    Alors qu’il comparaissait en mai 2012 à la Cour d’Assises de Dakar pour «association de malfaiteurs, vol en réunion avec violences et usage d’armes à feu et de véhicule», Amadou Ndiaye a expliqué dans les détails son modus operandi.

    D’abord emprisonné en Gambie, il explique à la barre qu’il a profité de l’heure de la pause pour entrer dans une ambulance garée dans la cour de la prison où il s’est caché jusqu’à 20 heures au moment où les gardiens sont partis, pour sauter le mur et se sauver.

    En 2010, il est encore condamné à 10 ans pour vol aggravé dans la région de Saint-Louis. En détention provisoire, il prétexte une maladie et est conduit à l’hôpital. Il profite de l’inattention de son garde pour prendre la poudre d’escampette. Une autre fois, alors qu’il était à l’hôpital pour des soins, il demande à aller aux toilettes pour se soulager et s’enfuit par la fenêtre.

    Condamné aux travaux forcés à perpétuité en mai 2012, Amadou Lamine Ndiaye qui purgeait sa peine au camp pénal de Liberté VI dans la région de Dakar a encore filé à l’anglaise le 26 décembre, déjouant à nouveau la vigilance des gardes.

    Des recherches sont actuellement en cours pour retrouver le fugitif, qui avait déjà avoué à la barre «qu’il ne supportait pas de rester en quatre murs».

    Lu par 24402 Boytown

    Partagez cet Article

    L’Afrique qui marche est anglophone

    Suivant »

    L’agriculture peut-elle développer le Sénégal comme prédit le «Yoonu Yokkuté»? Ecoutez le Podcast