shop-ad-books copy

Recensement des fonctionnaires: Un appel d’offres maquillé ?

| 29.11.2012 | 0 Commentaire

Lu par 1773 Boytown

La biométrie s’invite dans la fonction publique au Sénégal. Ces derniers temps, les pouvoirs publics communiquent sur l’imminence d’un recensement biométrique dans la fonction publique.

Une initiative à saluer, car il est de notoriété que notre fonction publique croule sous le poids de l’absentéisme, d’agents fictifs gracieusement payés… Récemment, un recensement de ce type dans certains pays africains a montré le niveau inimaginable d’agents fictifs de l’Etat.

Et pourtant, ces agents, quand bien même ils sont aux abonnés absents, voire inexistants pour l’exécution du service public, sont toujours «présents» pour la solde !

Au Burkina Faso, sur 113 819 fonctionnaires «réels», s’ajoutent 6 250 identités suspectes, suspectées de dissimuler des agents inexistants ; ils sont au nombre de 3 000 fonctionnaires fictifs selon le ministre ivoirien de la Fonction publique, alors que la fonction publique congolaise perdait plus de 8 milliards de francs Cfa par an que percevaient illégalement quelque 4 909 agents «virtuels».

Au Tchad, ils sont, selon le ministre de la Fonction publique et du Travail, 8 499 fonctionnaires fictifs pendant que la Guinée décompte 5 000 fonctionnaires qui ont été jugés «imaginaires». La fonction publique camerounaise souffre de ses 15 000 agents et fonctionnaires fictifs qui sirotaient, chaque mois, 8 milliards de francs Cfa dans les caisses de l’Etat.

La décision des autorités du Sénégal de se mettre au recensement biométrique afin que nos maigres ressources soient sauves de cette nouvelle forme de banditisme est salutaire.

Mais si le fond est notoirement salutaire, la forme l’est moins. En effet, le Projet Fichier Unifié des données du personnel de l’Etat s/c Agence de l’Informatique de l’Etat, sur financement du 10e Fed, a initié une procédure locale. En fait, il s’agit d’un appel d’offres où les barrières de concurrence sont tellement élevées que les sociétés sénégalaises n’ont nulle chance de remporter ce projet.
A ce rythme, le Fonds européen de développement (FED) fait-il une aide aux pays en voie de développement ou «finance»-t-il des programmes pour permettre aux Européens de travailler et ne pas plus vivre la crise qui sévit en Europe.

A la suite d’une lecture minutieuse du dossier, nous constatons que ce dossier n’est point à l’avantage des nationaux qui, d’ailleurs, n’ont aucune chance de remporter ce marché (wait and see !!!).

En effet, quand pour une première expérience au Sénégal, le pouvoir adjudicateur exige aux sociétés avoir mené, dans les trois dernières années, au moins un projet dans le domaine, qui, faut-il le rappeler, est le premier du genre au Sénégal. Mieux, la préférence nationale est anéantie et pire, «une proposition de service après vente pendant une (01) année minimum qui n’exige pas une implantation locale».

Comment pour une technologie novatrice, première du genre et dans un domaine de pointe, peut-on être aussi généreux dans le service après vente.

Quand en plus, aussi bien le Dg de l’Adie (pouvoir adjudicateur) et le ministre de la Fonction publique confirment l’imminence du recensement et retiennent la date de fin novembre 2012 comme date butoir alors que les sociétés que nous avons interrogées restent étonnées de n’avoir même pas reçu le procès-verbal de dépouillement officiel, a fortiori une notification de candidat non retenu et, disent ces sociétés, «lLa période de mise en oeuvre est de quarante cinq (45) jours à partir de la date de signature du marché par les deux parties», bien évidemment tout ceci n’est qu’un arbre pour cacher une forêt qui ne dit pas son nom.

A l’heure où la gouvernance vertueuse et la bonne gouvernance se veulent les piliers de ce gouvernement, peut-on accepter ou permettre des dossiers clairs-obscurs, fussent-ils sous financement bailleur quand on sait que tous ces financements sont, pour la plupart, des prêts consentis sur la crédibilité du pauvre contribuable qui voit ces deniers s’envoler vers d’autres horizons.

allafrica

Lu par 1773 Boytown

Réagissez

comments

Powered by Facebook Comments

Motsclefs: ,

Categorie: MARKETPLACE, MUZIC

Laissez un commentaire