preservatif

Rwanda : faut-il distribuer des préservatifs à l’école ?

Lu par 6357 Boytown

Le débat est amorcé. Les jeunes sont les plus favorables à la distribution du préservatif à l’école comme moyen de contraception et pour se protéger du Sida. Gouvernement et églises s’y opposent.

“Les prédateurs de la jeunesse n’ont plus aucun scrupule. Parfois, ils jettent leur dévolu sur des fillettes de l’école primaire qui abandonnent ainsi l’école après être tombées enceintes”, constate Alphonse Bashima, instituteur dans le district de Burera situé dans la Province du Nord.

“Et les grossesses non désirées ne sont pas le seul risque car le virus du Sida se transmet par la même voie”, rappelle cet enseignant chargé de l’éducation à la santé reproductive, dans son école rurale. Si tout le monde est préoccupé par cette situation, les avis sont partagés sur les stratégies à adopter pour protéger les jeunes, ce “Rwanda de demain”.

Chrétien pratiquant, Alphonse Bashima récuse d’emblée tout recours au préservatif comme moyen de prévention du VIH à l’école primaire et secondaire. “Ce serait dire à nos enfants, allez-y. Ce serait une façon d’inciter à la dépravation même ceux qui n’y pensaient pas encore”, soutient-t-il. Il suggère de vastes et solides campagnes de sensibilisation dans les écoles. Mais sans jamais évoquer, devant les élèves, le mot préservatif.

“Chaque jour qui passe apporte plus de tentations”
Mais son collègue de la ville de Ruhengeri, Germain Manirafasha, voit les choses tout autrement. “Je pense que nous devons cesser de nous voiler la face. Certains de nos enfants, ici en ville, commencent trop tôt à avoir des rapports sexuels. A onze, parfois même à dix ans, ce n’est un secret pour personne”, fait remarquer l’enseignant.

“Est-ce parce que leurs parents ou leurs professeurs ne leur parlent pas des risques auxquels ils s’exposent ?”, s’interroge-t-il. “Prêtres catholiques, pasteurs et imams prêchent depuis plusieurs années, mais la situation ne change pas. Et chaque jour qui passe apporte plus de tentations qui font tomber nos enfants dans le piège”, affirme-t-il. Pour lui, “il faut sortir du tabou, oser parler aux élèves du préservatif comme moyen de prévention du VIH.” Il souligne cependant que le préservatif doit être préconisé comme une solution ultime, lorsque le désir devient irrésistible.

“Mais est-on au moins sûr que ces jeunes savent utiliser correctement le préservatif ? Ne voit-on pas certains enfants jouer avec les préservatifs, en les remplissant d’eau ou en s’en servant pour fabriquer des balles ?”, réagit Mathilde Mukandayambaje, assistante sociale . “Une raison de plus de parler davantage du condom [préservatif en anglais, NDLR]”, intervient Dynaroo Tandimwebwa, étudiant en Agronomie.

Pour lui, il faut pousser le courage plus loin, oser distribuer les condoms au moins dans les écoles secondaires. “Certains de nos élèves du secondaire couchent avec leurs collègues ou leurs professeurs. Si l’on veut avoir un Rwanda de demain sain, capable de travailler sur les chantiers du développement, il faut que les préservatifs soient disponibles dans les écoles”, argumente le jeune étudiant.

“Eveiller la conscience des jeunes”
Ils sont encore loin d’être nombreux ceux qui tiennent un langage comme celui de ce futur agronome. L’idée donne même un haut-le-cœur aux confessions religieuses, en tête desquelles vient l’Eglise catholique, omniprésente dans tous les secteurs de la vie nationale.

De toutes les institutions, c’est elle qui est propriétaire du plus grand nombre d’écoles primaires et secondaires. “Le préservatif n’est pas la solution aux problèmes que nous avons avec la jeunesse. Au contraire, il viendrait les aggraver”, écrit, dans un communiqué, Mgr Smaragde Mbonyintege, président de la Conférence des évêques catholiques du Rwanda.

“Les rapports sexuels extraconjugaux, l’usage de la drogue et le sida ont-ils pour cause nos enfants ou des personnes adultes ?”, interroge le prélat. Pour l’homme d’église, “parents, éducateurs et élèves devraient se réunir chaque année au niveau de chaque école pour discuter de l’éducation à donner à leurs enfants”, mais sans parler du condom.

Le gouvernement, quoi qu’engagé dans une vaste campagne de promotion du préservatif, hésite encore lui aussi à le mettre publiquement à la disposition des élèves. “Notre position en tant que gouvernement est d’encourager l’éducation à la santé reproductive dans nos écoles secondaires, dans le but d’éveiller le conscience de notre jeunesse sur les dangers associés aux rapports sexuels précoces, et non distribuer des condoms”, indique la ministre de la Santé Agnès Binagwaho.

mw.nl

Lu par 6357 Boytown

Partagez cet Article

Nous sommes tous Maliens !

Suivant »

Le Mali et les clichés sur l’Afrique

5 Commentaires

  1. 29.04.2015

    good articles

    Reply
  2. 29.04.2015

    thank you for share!

    Reply
  3. 23.04.2015

    In the awesome pattern of things you secure an A for effort. Where you actually misplaced us was first on your specifics. You know, people say, details make or break the argument.. And that could not be more true here. Having said that, allow me tell you what did give good results. The writing is certainly really engaging which is most likely why I am making the effort to comment. I do not make it a regular habit of doing that. Second, even though I can notice a leaps in reasoning you make, I am not really certain of how you appear to unite your points that produce the final result. For now I will subscribe to your position however hope in the near future you link your dots much better.

    Reply
  4. 16.04.2015

    I simply want to say I’m beginner to weblog and honestly savored you’re blog site. Most likely I’m want to bookmark your blog post . You absolutely have incredible stories. Appreciate it for revealing your webpage.

    Reply
  5. 17.12.2014

    I simply want to tell you that I am just very new to blogging and site-building and absolutely liked your web page. More than likely I’m likely to bookmark your website . You absolutely come with exceptional writings. Thanks for sharing with us your web-site.

    Reply

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CULTURES

  • Stromae-adouala

    Stromae effectue sa première tournée en Afrique subsaharienne

    Lu par 212883 Boytown2000 Le chanteur belge d’origine rwandaise, Stromae, va effectuer sa première tournée en Afrique subsaharienne, notamment au Rwanda. d Stromae va effectuer du 13 ...

    Lire
  • fa7e4cb00ad451f144deb1bf2cd89772_XL

    Dans « The Voice », une voix sénégalaise nommée Awa Sy

    Lu par 228697 Boytown2000 La chanteuse Awa s’est révélée au grand public lors de la célèbre émission The Voice qui passe sur la chaîne française TF1. Après ...

    Lire
  • 10592939_771854589541773_3786037694453205345_n

    Abdoul Guisse aka “No-face Undacova”.. Un autodidacte décomplexé

    Lu par 220758 Boytown30520 Si Abdoul Guissé alias No Face s’est retrouvé à la production sonore du Journal télévisé rappé, ce n’est certainement pas parce qu’il a ...

    Lire
  • adama-amanda-ndiaye-applause

    Adama Paris étrenne sa télé… Well done sister..

    Lu par 276953 Boytown19310 Adama Ndiaye, plus connue sous le surnom d’Adama Paris, a présenté hier sa chaîne de télévision, Africa Fashion TV. Une occasion pour la ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus

    LES TOPS

    Plus

    Plus
    11-120-x-600