.

CULTURES

  • Thione-Seck6-620x400

    Avis d’inexpert: De la légitimité à publier un ‘’document pénalement protégé’’

    Lu par 2772529 Boytown0000La légitimité contre la légalité. C’est ainsi que devrait être comprise l’initiative du journal Le Quotidien de publier l’intégralité du procès-verbal de l’enquête de gendarmerie sur ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    Sénégal – Enfin un centre de traitement des déchets biomédicaux

    Lu par 182611 Boytown

    Fini le traitement à l’artisanal des déchets hospitaliers à Dakar. La ministre de la Santé et de l’Action sociale, Awa Marie Coll Seck a inauguré, le 11 septembre, un centre de traitement des déchets biomédicaux, situé à l’hôpital général de Grand-Yoff (HOGGY), rapporte le quotidien sénégalaisLe Soleil.

    «Les manquements constatés lors de l’élimination des déchets biomédicaux ont engendré des risques auxquels les personnels médicaux sont exposés. Ce projet apporte des solutions salvatrices pour une meilleure gestion de ces déchets», s’est réjoui le directeur de l’HOGGY.

    «Je donne l’assurance que ces tehnologies seront entretenues avec rigueur et professionnalisme», a-t-il promis.

    Ce centre est le fruit d’un partenariat entre le Projet de gestion des dioxines et du mercure (Progedim), du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

    «La question de la gestion des ordures biomédicales interpelle les autorités, car elles peuvent présenter des risques énormes sur l’environnement. Je salue ce partenariat, avec le ministère de l’Ecologie et de la Protection de la nature», dit le ministre.

    Véritables plaies au Sénégal, les déchets hospitaliers représentent un danger permanent pour l’homme et l’environnement.

    Pratiquement seules les seringues, aiguilles et autres objets piquants subissent un traitement particulier. Et souvent le tri se confond avec le stockage.

    «Selon les évaluations de l’OMS, plus de 18% des déchets biomédicaux sont gérés sans méthode, exposant ainsi les agents des structures de santé, mais aussi les populations, directement ou indirectement. Le Sénégal a été choisi comme pays pilote pour l’Afrique de l’ouest. Ce partenariat va se poursuivre pour accompagner le pays dans ses politiques sanitaires», a déclaré Alimata Jeanne, représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

    Deux autres structures au Sénégal abritent ces centres de traitement. Il s’agit du centre de santé Youssou Mbargane Diop de Rufisque et du poste de santé de Sangalkam. L’objectif du gouvernement est d’étendre ses centres dans l’ensemble du pays.

    Lu par 182611 Boytown

    Partagez cet Article

    Dépigmentation: La pub qui dérange

    Suivant »

    Sénégal – Une cinéaste en croisade contre la dépigmentation