LES STATS

  • karim_wade1

    6 ans ferme, 138 milliards d’amende pour Karim Wade

    Lu par 36767 Boytown Deux années après le déclenchement des poursuites contre Karim Wade et Cie, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a rendu son ...

    Lire
  • Bacheliers-Senegal

    50 % DES MENAGES SENEGALAIS N’ONT PAS ACCES AU PRIVE

    Lu par 140042 Boytown Une étude réalisée par la Banque mondiale a révélé qu’au Sénégal, à cause de la pauvreté, 50 % des ménages n’ont pas accès ...

    Lire
  • SONY DSC

    12 ENFANTS OPERES A CŒUR OUVERT A L’HOPITAL DE FANN

    Lu par 135230 Boytown Douze (12) enfants atteints de cardiopathie congénitale vont être opérés à cœur ouvert à l’hôpital de Fann pendant une semaine. Démarré avant-hier, trois ...

    Lire
  • etat_civil_sen

    2 CITOYENS SUR 3 NE DISPOSENT PAS DE PIECES D’ETAT CIVIL A SEDHIOU

    Lu par 113165 Boytown Le Fonds des Nations unies pour l’enfance appuie les collectivités locales de la région de Sédhiou à disposer d’un fichier fiable de pièces ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    11-160-x-600

    CULTURES

  • 1926815_10152772935494211_6452030608995141838_n

    « Télé Variétés »…

    Lu par 63365 Boytown Dire que le doyen Maguette Wade, le 1er animateur qui a commencé la 1ere émission musicale sur la chaîne nationale ORTS a l’époque, ...

    Lire
  • 4725051-7058364

    Yoro Ndiaye : “Je n’ai pas choisi, c’est la musique qui est venue à moi”

    Lu par 93140 Boytown Yoro Ndiaye n’est désormais plus à présenter sur la scène musicale sénégalaise. A 40 ans, le natif de Mbacké a bien mûri depuis ...

    Lire
  • aaaliou-cisse

    Le Sénégal mise sur Aliou Cissé

    Lu par 88106 Boytown Un accord portant sur un contrat de deux ans a été trouvé entre Aliou Cissé et la Fédération sénégalaise. La nomination de l’actuel ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus

    Sénégal: Le grand bluff des infrastructures

    Lu par 8286 Boytown

    L’image est forte comme un symbole qui nous renvoie à nos propres turpitudes et manquements. Vendredi dernier,  le convoi du président Macky Sall s’est immobilisé devant le tunnel de Soumbedioune submergé par les eaux de pluie, occasionnant  ainsi un important embouteillage.

    Cette situation incongrue a une fois de plus remis au goût du jour les interrogations et autres critiques qui ont entouré la construction de cet ouvrage dont on continue à se demander la pertinence. Une chose est toutefois certaine : il aura coûté un prix faramineux du fait de surcoûts survenus du fait d’imprévus rencontrés en cours d’exécution parce qu’aucune étude sérieuse n’a été fait en amont. Comme pour d’autres ouvrages, les autorités politiques de l’époque auront succombé à la pressente envie d’épater les Sénégalais  en  leur jetant  un os à ronger. Il faut reconnaître que cela a marché un temps et a beaucoup contribué à la réélection de Me Abdoulaye Wade en  mars 2007. La magie a continué d’opérer jusque ce que la pluie vienne s’en mêler, révélant certaines insuffisances qui se sont avérées catastrophiques par la suite. Le travail  a été bâclé  puisque l’effet recherché  était d’en jeter plein la vue.

    Cette disposition psychologique est assimilable à de la manipulation, ou à tout le moins  de la malhonnêteté intellectuelle car on  a voulu donner l’impression de faire quelque chose pour endormir la vigilance citoyenne et s’en donner à cœur joie dans la gabegie et l’outrance. Ce n’est pas la pluie qui fait les inondations mais plutôt les malfaçons. En somme la pluie rend compte de nos lacunes. L’eau suinte en dessous du tunnel et des ponts.  La moindre goutte et tout est inondé rendant impossible la circulation des biens et des personnes. L’autoroute censée être une voie rapide est transformée en piscine géante.

    De quelles infrastructures se targue-t-on, jusqu’à les présenter comme étant de dernière génération et uniques en Afrique ! On ne peut que s’interroger lorsqu’on observe que le rail est inexistant, complètement démantelé, faisant que des enfants de ce pays n’ont jamais entendu siffler le train. En Casamance, alors que la catastrophe du bateau le Joola continue de hanter les mémoires,  que le Bateau Aline Sitoée s’est récemment enlisé, il demeure toujours le problème du dragage du fleuve. Sans oublier l’achat d’un second bateau promis depuis Mathusalem afin de renforcer le trafic fluvial de manière ininterrompue. Le secrétaire général de la chambre consulaire de Ziguinchor a ainsi rappelé l’impossibilité qu’il y avait à vouloir relancer la dynamique économique locale pouvant impacter sur des secteurs comme l’agriculture, la pêche et le fret, sans pour autant concrétiser le dragage du fleuve. Le président de la Chambre de commerce se désole du fait que les gros conteneurs n’arrivent pas à accoster à Ziguinchor à cause de l’ensablement d’une bonne partie du lit du fleuve, sans compter le défaut de balisage qui pose un véritable problème de sécurisation de la navigation (voit Le Soleil du vendredi 7 septembre 2012). Des fruits et légumes pourrissent dans l’arrière pays. C’est dire !

    Six  mois après son élection à la magistrature suprême,  il est donc attendu du chef de l’Etat Macky Sall qu’il  fende l’armure en prenant le taureau par les cornes, comme le commande les exigences historiques de l’heure. Le Sénégal a été malmené ces dernières années, au plus profond de sa chair. Les valeurs de justice, de travail et de solidarité qui ont forgé sa constitution en tant qu’Etat ont été mises à mal. On n’aura eu de cesse de le dire, des gens se sont servis du pouvoir pour s’enrichir et enrichir leurs proches. Le larbinisme a été érigé en valeur alors que celle du travail a été sanctionnée. Il s’agit de recoudre le tissu social grandement déchiré par des années de concussion, de laxisme, sur fond de sauve qui peut individuel et collectif. L’école publique qui offrait la perspective d’une ascension sociale est en totale déconfiture. Aujourd’hui, il s’agit de réconcilier le Sénégal avec l’espoir et cela passe par l’effort et un courage portés par un commandant en chef  à la pugnacité inébranlable car uniquement préoccupé par l’intérêt supérieur des Sénégalais et des Sénégalaises.

    En somme, les audits doivent être menés à leurs termes, les voleurs doivent rendre gorge quels que soient leurs rangs. Les dysfonctionnements au niveau de l’administration doivent être sanctionnés.
    A l’évidence, la pluie nous a révélé nos propres carences. Comment comprendre en effet que des infrastructures aient pu être construites sans prendre encharge les questions d’évacuation, qu’on ait laissé des gens bâtir des maisons dans des zones non aeficandi. Ce pays qui marche depuis quelques années par la tête a besoin d’être remis sur ses pieds. Ce qui est attendu, c’est de le secouer de fond en comble, en remettant les gens au travail, dans le cadre d’un nouveau rapport au pouvoir. Celui dont rendent compte ces mots d’ordre : « Servir et non se servir ». « La patrie plutôt que le parti ». Cela exige du courage et la volonté de « réussir l’impossible ».

    sudonline

    Lu par 8286 Boytown

    Partagez cet Article

    Sénégal – Une cinéaste en croisade contre la dépigmentation

    Suivant »

    Au Sénégal, on fume moins de chanvre indien

    1 Commentaire

    1. 17.12.2014

      I simply want to mention I am new to blogging and truly liked your website. Most likely I’m want to bookmark your blog post . You really come with remarkable posts. Many thanks for sharing your web site.

    Laissez un commentaire