LES STATS

  • rwanda-viols-soldats-francais1

    51 500 cas d’avortements clandestins en 2012

    Lu par 69724 Boytown8310 D’après une étude menée par le Centre de recherche pour le développement humain et l’agence américaine Guttmacher institute, le Sénégal compte 51 mille ...

    Lire
  • 100_5766

    4900… C’est le nombre de décès par an au Sénégal du au cancer

    Lu par 201541 Boytown3600 Le cancer du sein est devenu plus fréquent au Sénégal. Il est suivi du cancer du col de l’utérus, du foie, de la ...

    Lire
  • 4978672-7433899

    22 % des ménages défavorisés sont sortis de la pauvreté grace a la bourse de sécurité familiale

    Lu par 234650 Boytown6100 Mme Anta Sarr, responsable de la délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale (Dgpsn) a dénoncé ceux qui s’en ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    11-160-x-600

    FLASHBACK

  • 6023375-8982936

    FLASHBACK: Quand l’arrogant Karim Wade écrivait une lettre ouverte aux Sénégalais.

    Lu par 57295 Boytown13110 FLASHBACK est une série d’articles et de contributions en guise de démasquer et de rappeler aux Sénégalais qui est vraiment l’escroc que certains ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    CULTURES

  • adama-amanda-ndiaye-applause

    Adama Paris étrenne sa télé… Well done sister..

    Lu par 48217 Boytown19310 Adama Ndiaye, plus connue sous le surnom d’Adama Paris, a présenté hier sa chaîne de télévision, Africa Fashion TV. Une occasion pour la ...

    Lire
  • RVExD

    Faada Freddy, le dandy conquérant

    Lu par 91554 Boytown4200 Bellevilloise, Trianon, New Morning et Cigale, l’empreinte musicale de Faada Freddy n’arrête plus de marquer un important public tous azimuts. Ses concerts affichent ...

    Lire
  • 2750E43F00000578-0-In_the_zone_Balla_Gaye_2_arrives_to_a_ritual_before_the_bout_but-a-21_1428309682742

    PANORAMA: Faut-il brûler l’arène sénégalaise ?

    Lu par 86942 Boytown25310 Dimanche 5 avril. Le pays est suspendu au combat au sommet entre Balla Gaye II et Eumeu Sène. Dans les médias, le discours, ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus

    Sur les traces des frères Touré Kounda

    Lu par 2179 Boytown

    Le jeune artiste Tony Essamaye (la panthère, en lange diola) a déclaré vouloir s’inscrire dans la lignée des frères Touré Kunda dont il ambitionne de continuer l’œuvre en portant haut les couleurs de la musique casamançaise à travers le Sénégal et le monde.

    “La musique casamançaise était la première à être vendue en Europe et partout dans la monde par Les frères Touré Kounda. Aujourd’hui, on a remarqué qu’elle a un peu chuté. Ce serait ma mission (de faire en sorte) qu’elle aille (mieux) un jour, partout dans le monde” a-t-il dit déclaré au correspondant de l’APS.

    Considérés comme des pionniers des musiques africaines en France à la fin des années 70, Les frères Touré Kunda sont un des groupes qui ont fait la France multiculturelle. Ils sont emblématiques de la version française de la world music, dans les années 1970/80.

    Le groupe est formé des jumeaux Ismaïlia et Sixu Tidiane nés à Zinguinchor en 1949, à 22 jours d’intervalle selon la légende. Mais c’est leur aîné, Amadou, qui les initiés à la pratique de la musique.

    Tony Essamaye a assuré, samedi soir, la première partie du concert de Baaba Maal, au théâtre de verdure de l’Alliance franco-sénégalaise de Ziguinchor, en clôture de la 12e édition du festival Africa Fête, démarrée en novembre dernier à Dakar.

    Agé d’une trentaine d’années, l’artiste explique avoir commencé à s’intéresser à la musique depuis maintenant 7 ans. Durant tout ce temps, le natif d’Elinkine, une localité du département d’Oussouye (45 Km de Ziguinchor), dit faire de son mieux pour promouvoir et rehausser le niveau de la musique casamançaise.

    Se présentant comme un enfant de la Casamance naturelle, Essamaye, dreadlocks bien en exergue, ne manque pas la moindre occasion de réaffirmer son ancrage dans cette partie du Sénégal regroupant les régions de Ziguinchor, de Kolda et de Sédhiou.

    La Casamance, une région sénégalaise cosmopolite s’il en est, renferme d’immenses richesses sur le plan culturel, a-t-il souligné, avant d’invité les autres artistes sénégalais “à venir se recueillir dans ce grenier” pour améliorer le niveau de musique sénégalaise.

    “Les Américains ont leur Coca-Cola. Ils l’ont gouté et ont trouvé que c’est agréable. Ils ont donc décidé que cette boisson doit être partagée avec le reste du monde. Nous, ce que nous avons à partager, c’est notre culture et notre musique”, a-t-il fait valoir.

    Tony Essamaye chante en diola, mais dit rester ouvert aux autres cultures de la Casamance, notamment le “diambadon”, une sonorité mandingue.

    “On a mixé les sonorités mandingues et autres. Je pourrais même chanter un jour en Chinois. La culture n’a pas de frontières. Je peux chanter en mandingue, en diola, un peu en français et en anglais”, a-t-il expliqué.

    “La Casamance est tellement enclavée que depuis 7 ans, je suis à la recherche d’un producteur. Jusqu’à présent, ce n’est pas encore possible. Je n’ai pas encore sorti un album. Je n’ai sorti qu’une maquette de deux singles. J’attends toujours un producteur”, a fait savoir Tony Essamaye.

    Dans ses chansons, l’artiste aborde des thèmes ayant trait à la vie quotidienne comme l’amour, la paix, entre autres sujets. “Mon morceau qui me procure beaucoup de sensations, c’est celui dédié à la paix en Casamance. Je suis très sensible au thème sur la paix en Casamance”, a insisté Tony Essamaye.

    Lu par 2179 Boytown

    Partagez cet Article

    Homosexualité au Sénégal : Est ce l’évolution normale d’une société en pleine émancipation? Ecoutez le Podcast

    Suivant »

    Qui sont les personnalités africaines les plus suivies sur Twitter?

    Laissez un commentaire

    Your email address will not be published. Required fields are marked *