travail_terre_1_02121202

Transaction foncieres: Le sanctuaire des rapaces

Lu par 14154 Boytown

Entre litiges fonciers et expropriation, les affaires Assane Aly Ndiaye, l’ancien président de la délégation spéciale à la tête de la Communauté rurale de Bambilor et l’ancien Sous-préfet de la communauté rurale de Bambilor, Ibou Diop, ne sont que la face visible de l’iceberg.  Ces « affaires » en effet rappellent cruellement la logique boulimique libérale dont les acteurs se sont jetés comme des rapaces grognant sur des terres pourtant vivantes, dans un bruit de mâchoires scandaleux qui résonne encore dans les murs du tribunal. Là, gît pourtant dans les tiroirs débordants d’ « affaires », d’autres dossiers « Bambilor » qui seraient en état avancé d’ « étouffement » parce qu’impliquant de grosses pontes de la République et de l’administration.

Des « affaires » sur les terres de Bambilor, ce n’est pas ce qui manque. Outre le dossier tout chaud qui vaut aujourd’hui à l’ancien président de la délégation spéciale à la tête de la Communauté rurale de Bambilor, Assane Aly Ndia  et à l’ancien Sous-préfet de la communauté rurale de Bambilor, Ibou Diop, d’être sous les feux de la rampe, dans les tiroirs du Tribunal, il y en a notamment un, gros comme ça et qui ne défraie pourtant pas la chronique. Une transaction douteuse portant en réalité sur un pactole de 4 milliards de FCfa  et concernant… 200 ha de terre.

Des terres dont la totalité faisaient quelque 2500 ha appartenant à l’Etat du Sénégal et que le président Abdoulaye Wade avait payés à 7 milliards de FCfa, avant d’annoncer, en Conseil des ministres, qu’il les restituait aux populations de Bambilor. Des terres qui ont pourtant été dépecées puis vendues tour à tour à des pontes de la République, des promoteurs privés, de hautes personnalités politiques, des chefs religieux et coutumiers.

Mais revenons sur les 200 ha en question qui ont fait l’objet d’une transaction plus que douteuse et qui ont atterri dans l’escarcelle de la Comico (Coopérative militaire de construction) à coups de larmes et de sang.
Au passage, la transaction qui a abouti à la vente de cette parcelle à la Comico avait été possible grâce à des complicités dans l’administration, ainsi que l’a révélé notre confrère du journal  « Libération » en novembre dernier, reprenant un rapport de la Centif Cellule nationale de Traitement des Informations financières) qui a atterri sur la table du doyen des juges.

Un rapport qui met en cause un certain Assane Seck, un autodidacte qui aurait été introduit dans les sphères de la première alternance politique par l’ancien ministre libéral Omar Sarr et, un certain B. Kâ. Ledit rapport parlait de « blanchiment présumé de fonds » découlant de transactions foncières douteuses à Bambilor. Mais l’histoire est plus rocambolesque qu’on ne pourrait l’imaginer…

Au départ un échange déjà… extra-terrestre entre 1 ha de terre du domaine national à Khar Yalla contre 200 ha à Bambilor, aux bons soins, selon des sources généralement bien informées, de l’administration fiscale. Il a suffi d’attribuer une valeur suffisamment élevée du mètre carré du premier terrain afin de trouver une équivalence qui permette de l’échanger avec le second. Et le tour était joué.

Une fois les 200 ha acquis, Seck et Ka mais surtout Seck, le courtier, divisent la parcelle et cèdent une parcelle de 100 ha à… Comico pour 4 milliards de FCfa qui aurait atterri dans le compte du courtier Assane Seck qui, en réalité, a tiré les marrons du feu, le sieur Kâ ne se contentant que de 700 millions de FCfa.

Le rapport de la Centif relatait ainsi d’importants flux financiers entre les deux mis en cause. Toujours est-il que le dossier en question qui était jusque-là sur la table du Doyen des juges, serait en passe d’être rangé dans les tiroirs car cette affaire est fortement susceptible d’éclabousser bien des pontes de la République.

Des pontes qui seraient d’ailleurs rattrapés par une vaste étendue d’ « affaires » liées au foncier notamment sous le régime de Wade qui, rappelons-le, avait roulé dans le sable les sept villages (Bambilor, Gorom 2, Déni Biram Ndao Sud, Déni Gueth Sud, Mbèye, Wayembam et Nguendouf), regroupés dans le collectif «Samm sa moomeel» assurant la défense des intérêts des habitants de Bambilor et, qui se démènent depuis 2011 pour récupérer leurs terres occupées par l’armée, à travers la Coopérative militaire de construction (Comico), des promoteurs privés, de hautes personnalités politiques, des chefs religieux et coutumiers.

sudonline

Lu par 14154 Boytown

Partagez cet Article

La leçon d’humilité de Benoît XVI aux présidents africains

Suivant »

CAN 2013: pourquoi le Burkina Faso ne pouvait pas gagner

5 Commentaires

  1. 17.12.2014

    I just want to mention I am newbie to blogging and site-building and certainly enjoyed you’re web blog. Very likely I’m going to bookmark your site . You amazingly have fantastic articles and reviews. With thanks for sharing with us your web page.

  2. 17.12.2014

    As the admin of this site is working, no question very shortly it will be famous Transaction foncieres: Le sanctuaire des rapaces – Le Magazine du Boytown , due to its quality contents.
    cheap nike air max http://www.hopwc.org/fu.php

  3. 16.12.2014

    If some one wants expert view on the topic of blogging and site-building afterward i recommend him/her to pay a quick visit this blog Transaction foncieres: Le sanctuaire des rapaces – Le Magazine du Boytown , Keep up the nice work.
    China wholesale apparel http://www.hopwc.org/dh.php

  4. 15.12.2014

    I constantly emailed this website post page Transaction foncieres: Le sanctuaire des rapaces – Le Magazine du Boytown to all my friends, since if like to read it next my links will too.
    coach outlet http://www.styleandlifestyle.com/trade.php?wholesale-coach-bags-c2756.html

  5. 14.12.2014

    Hi there to all, for the reason that I am truly eager of reading this Transaction foncieres: Le sanctuaire des rapaces – Le Magazine du Boytown webpage post to be updated regularly. It consists of good data.
    jordans for sale http://www.hopwc.org/th.php

Laissez un commentaire

LU AILLEURS

  • Senegal Election Rules

    BRUTALITE POLICIERE, TORTURE, IMPUNITE…ENCORE DES EFFORTS A FAIRE SELON AMNESTY

    Lu par 47691 Boytown Le rapport annuel de l’ONG Amnesty international présenté hier révèle plusieurs manquements dans le respect des libertés individuelles au Sénégal. La situation des ...

    Lire
  • 7241395-11120294

    ”Chaque jour vers l’enfer nous descendons d’un pas.”

    Lu par 46671 Boytown Charles Baudelaire ; Les fleurs du mal (1857) Ce n’est point un conte de fée pour adulte, mais la réalité crue. Ces mots ...

    Lire
  • image44

    Le pouvoir des sorciers blancs

    Lu par 120792 Boytown L’émission Enquêtes de foot sur Canal+ a consacré un reportage sur la place occupée par les entraîneurs européens, notamment français, sur le continent ...

    Lire
  • emploi-au-senegal-chomage-642x418

    Sénégal: L’insoluble problématique de l’emploi des jeunes

    Lu par 131569 Boytown « Un travailleur qui ne peut pas trouver d’emploi est un personnage infiniment plus tragique que n’importe quel Hamlet ou Œdipe. » John Morley La ...

    Lire
  • Plus

    Plus
    11-160-x-600

    OPINION

  • 3423851-4925477

    Que deviendrait le Sénégal si Me Wade était réélu en 2012 ?

    Lu par 27803 Boytown « Le sage a honte de ses défauts, mais n’a pas honte de s’en corriger » Cette question, chaque Sénégalais conscient, responsable et ...

    Lire
  • SENEGAL-VOTE-OPPOSITION-SALL

    Pourquoi l’annonce du référendum comme ci-après et en 2016, par le président de la République?

    Lu par 164708 Boytown « Les sénégalais seront appelés aux urnes en 2016 pour se prononcer sur la réduction ou non du mandat du président Macky Sall de ...

    Lire
  • kolda-2

    Décentralisation rationnelle et viable Oui, mais non à la prolifération des collectivités locales  sur des bases politiciennes.

    Lu par 341972 Boytown Il est indéniable et absolument vrai, que l’objectif principal et le but essentiel visé par la décentralisation, c’est parfaitement, de rapprocher l’administration le ...

    Lire
  • Plus

    Plus

    LIBRE ECHANGE

    Plus

    Plus