shop-ad-books copy

Trois millions de chômeurs en France : un électrochoc national

| 04.09.2012 | 0 Commentaire

Lu par 599 Boytown

Les seuils psychologiques ont leur importance : l’annonce par le ministre du Travail Michel Sapin, dimanche, que la France a passé cet été le double cap des trois millions de demandeurs d’emploi sans activité et de 10% de la population active au chômage, fait partie de ces statistiques qui frappent.

Et ce n’est pas fini ; au point que Michel Sapin, interrogé sur Radio J, a refusé de se prononcer sur le taux de chômage dans un an, car il y a peu de chances, avec les taux de croissance, ou plutôt de non-croissance, annoncés, qu’il soit en régression. Le ministre s’est néanmoins voulu volontariste :

« La question est : est-ce que cela va augmenter encore beaucoup ? Oui, cela va augmenter. Est-ce qu’à un moment donné on peut l’inverser, oui on peut l’inverser. Ce sont des décisions économiques, ce sont des décisions européennes qui sont là. »

Ce chiffre rond de trois millions est d’autant plus inquiétant qu’on sait bien qu’il ne permet pas de prendre réellement la mesure de la gravité de la situation, avec :

  • l’outremer qui n’est pas pris en compte dans cette statistique ;
  • les gens radiés des listes ;
  • les précaires ;
  • les temps partiels ;
  • ceux qui acceptent un emploi bien en dessous de leurs qualifications, etc.

Il ne donne pas non plus la mesure de l’insécurité que cette donne crée chez ceux qui ont encore la « chance » de travailler mais qui vivent avec la peur au ventre de perdre cet emploi si leur secteur est fragile ou carrément menacé.

Un consultant ayant visité plusieurs usines d’un grand groupe plutôt prospère a été frappé, en début d’année, par ce sentiment d’insécurité chez les salariés redoutant que la direction privilégie telle usine aux dépens d’une autre, avec un impact sur l’emploi.

La France vit depuis longtemps avec un chômage de masse, en particulier celui des jeunes, au point que seuls les plus anciens se souviennent d’un temps où la question de trouver un travail ne se posait pas.

Comparatif européen

Le comparatif européen montre que la situation française n’est ni la meilleure (on s’en doute !), ni la pire. Les dernières statistiques de l’Union européenne font apparaître un taux de chômage moyen chez les 27 de 11,3% de la population active en juillet, soit au total 18 millions de personnes. Accablant et sans précédent.

Les plus touchés sont l’Espagne, avec un taux de chômage de 25,1%, devant la Grèce (23,1% selon les derniers chiffres disponibles, de mai), soit plus du double du taux de chômage français.

Mais à l’opposé, plusieurs pays font bien mieux que la France, à commencer par l’Autriche qui enregistre le taux de chômage le plus faible à 4,5%. Les Pays-Bas suivent avec 5,3%, ainsi que l’Allemagne et le Luxembourg avec 5,5% chacun.

Trois millions de chômeurs, ce chiffre devrait faire sonner le tocsin dans tous les esprits et faire que cette rentrée soit toute entière placée sous le signe de l’emploi.

Trois millions de chômeurs, ça devrait relativiser toutes les polémiques stériles qui polluent le climat politique ; ça devrait être le point de départ de toute réflexion, de toute argumentation.

Trois millions de chômeurs, un chiffre qui devrait amener à réfléchir à l’organisation de notre société au lieu de ne penser qu’à rafistoler l’existant à bout de souffle…

Trois millions de chômeurs, un électrochoc national.

rue89

Lu par 599 Boytown

Réagissez

comments

Powered by Facebook Comments

Motsclefs: ,

Categorie: LU POUR VOUS

Laissez un commentaire